Le piège blanc

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jean Vincendon et François Henry, apprentis alpinistes d'une vingtaine d'années, veulent à tout prix intégrer le fameux Groupe de haute montagne. Guidés par l'envie d'accomplir un exploit, ils décident le 22 décembre 1956 de gravir le mont Blanc par l'éperon de la Brenva. Ils ne savent pas qu'ils vont pénétrer dans l'enfer du froid.

Les deux jeunes gens rêvent aussi d’un Noël dans la beauté lumineuse du Mont Blanc.
Leur programme est le suivant : 
1er jour : télé du Midi / Fourche
2ème jour : Fourche / Brenva, sortie près des Petits Rochers Rouges si possible, ce serait plus beau… Bivouac peut-être au pied de ces rochers.
3ème jour : descente si possible en faisant le sommet par l’arête des Bosses et le Goûter.
Rien ne sera possible, ils connaîtront dix jours d’errance dans un Mont Blanc qui deviendra leur tombeau. 

Après avoir croisé au cours de leur escalade le guide italien Walter Bonatti, les deux jeunes se perdent durant une tempête. Leur disparition est signalée au bout de quatre jours à la brigade de la gendarmerie de Chamonix. Une opération de sauvetage est alors déclenchée, avec des moyens limités, une météo déplorable et des guides réservés sur une intervention qu'ils jugent dangereuse; un incroyable imbroglio humain et matériel conduira à un désastre. 

 

22 Décembre : Jean Vincendon et François Henry partent de l'Aiguille du Midi pour une escalade hivernale du Mont Blanc par l'éperon de la Brenva.

26 Décembre 9h00 : pas de nouvelles des deux alpinistes. La brigade de Gendarmerie de Chamonix est avertie mais les conditions météorologiques interdisent toute intervention aérienne ou terrestre. Une cordée de volontaire s'organise aux ordres de Lionel Terray.

27 Décembre : l'Armée de l'Air engage dans le sauvetage un hélicoptère H-19 de la Division d'Instruction sur Hélicoptère de la Base École 725 du Bourget du Lac piloté par le Lt Dupret et le Sgt Petetin, les conditions météorologiques rendront inutiles les deux survols de la zone. 

 

Après une tentative de poser infructueuse compte tenu de l'instabilité du manteau neigeux, le H-19 revient sur les lieux 20mn plus tard et réussi à larguer à 50m des deux alpinistes des colis et un message leur demandant de se déplacer 200m plus haut dans une zone moins crevassée et donc plus propice à une évacuation.

L'hélicoptère reviendra donc demain.

Liaison radio avec l'Ecole de Haute Montagne

28 Décembre : Dès 8h du matin il neige et toute activité aérienne se trouve bloquée par une voûte de nuages stagnant à 1900m. Les conditions météorologiques s'améliorent l'après-midi, l'équipage Dupret - Petetin aux commandes du H-19 se dirige vers les Houches et avec une bonne ascendance vers l'aiguille du Goûter et le grand plateau où durant 40mn en cinq passages ils largueront vivres, duvets, médicaments, tente iso thermique, boissons chaudes et réchauds... 
... mais il ne repère pas les alpinistes en perdition.

29 Décembre : le Colonel Nollet organise une opération engageant 2 hélicoptères, le H-19 déjà engagé et un H-34 piloté par le Commandant Alexis Santini et l'Adjudant André Blanc accompagnés de 2 guides Honoré Bonnet et Charles Germain... (ci-dessous)

Aux commandes du H-19 le Sgt Petetin

30 Décembre : les conditions météorologiques rendent impossible toute intervention aérienne.

 

31 Décembre : l'opération décidée le 29 est possible à partir de 12h30, Alexis Santini impatient fait activer l'embarquement.

 

31 Décembre : après avoir rejoint la zone d'intervention, l'approche du H-34 devient délicate, les pilotes étant aveuglés par la neige poudreuse soulevée par l'appareil...

 

31 Décembre, 13h10 :... le drame, le Sikorsky H-34 N°377 s'écrase à proximité des alpinistes au lieu-dit                     “La Combe Maudite".

Henry     Vincendon       Germain    Santini

Les 4 occupants sont indemnes et rejoignent les deux alpinistes. Les guides secouristes installent Vincendon et Henry intransportables dans la carcasse de l'hélicoptère, le froid est intense -30° et conduisent Alexis Santini et André Blanc vers le refuge Vallot. André Blanc se blesse grièvement lors d'une chute dans une crevasse.

2 Janvier 1957, 14h15 : 2 Alouette II, bloquées par le mauvais temps à Valence, rejoignent Chamonix.

3 Janvier, 9h00 : les Alouette II décollent de Chamonix.

 

9h10, les Alouettes se posent, tour à tour, au refuge Vallot et évacuent l'équipage du H-34 ainsi que les guides. 

La n°13 pilote Jean Boulet et Henri Petit évacue André Blanc vers l'hôpital de Chamonix.

La n°7 pilote Gérard Henry et l'Adjudant Garraud prend Alexis Santini à son bord.

Sur la patinoire de Chamonix, pour accueillir Alexis Santini épuisé par le froid intense, sa compagne le médecin Capitaine Valérie André.

 

Alexis Santini conservera toute sa vie le sentiment de son échec dans cette mission de sauvetage, alors que c'est tout le système qui s'est montré défaillant.

 

L'adjudant André Blanc transporté sur une civière, à l'arrière plan Jean Boulet.

10h50, les Alouettes II survolent l'épave du S-58 : aucun signe de vie à bord.

 11h30, l'opération de secours est déclarée terminée.

 


19 et 20 Mars 1957 : une expédition redescend les corps des alpinistes Vincendon et Henry.

"Pris au piège dans la tempête, François Henry, 23 ans, et Jean Vincendon, 24 ans, se retrouvent seuls, égarés à 4000 mètres d'altitude au mont Blanc. Après dix jours d'errance et de souffrance, alors que Lionel Terray, héros de l'Annapurna, s'est porté volontaire pour conduire une caravane terrestre, les deux naufragés sont abandonnés dans l'épave d'un hélicoptère qui s'est crashé près deux en tentant une manœuvre désespérée. 

Les sauveteurs ont promis de revenir...


Leur calvaire a été suivi à la jumelle depuis Chamonix où l'organisation des secours s'enlise dans d'interminables tergiversations. Les parents, les amis des victimes, la population de la vallée, les touristes, et enfin la presse accourue de tout le pays, assistent abasourdis à cette effroyable affaire.
Le sort s'est foutu de ces mecs !... Ce constat du sauveteur Honoré Bonnet résume parfaitement l'enchaînement implacable des erreurs, des défaillances et des malchances qui ont nourri ce drame majeur de l'alpinisme.
Fallait-il mettre en péril la vie de pères de famille pour sauver deux imprudents ? Convenait-il de déployer des moyens considérables pour une opération à l'issue incertaine ? Dans un tourbillon médiatique sans précédent, la polémique a mis aux prises de jeunes grimpeurs citadins animés par la fureur de vivre symbole de leur génération, des guides figés dans leurs traditions et des militaires impuissants devant un ennemi - la montagne - qu'ils n'ont jamais appris à combattre
." 

Cette tragédie bouleverse non seulement le grand public mais également l'ensemble des pouvoirs publics et des montagnards. Une nouvelle organisation est nécessaire. 
Les sauveteurs seront dorénavant des professionnels, le gouvernement créant une structure placée sous la tutelle de l'Etat -le préfet- constituée de gendarmes, de CRS et de la Sécurité Civile. 

Remerciements au réalisateur Denis Ducroz pour son film "LES NAUFRAGÉS DU MONT BLANC"

Documents INA, Actualités Gaumont, ECPA, Presse locale et nationale

Gérard Finaltéri AHA