Saint-Cyr Coëtquidan

 

 

 

 

 

 

 

25 juillet 2009

 

 

 

 

 

"Contacté par une amie cherchant un parrain pour remettre à son beau fils ses galons de Sous-lieutenant lors de la cérémonie du Triomphe à Saint CYR, nous avons, avec mon épouse(Après avoir vérifié que je rentrais encore dans l’uniforme...) , décidé d’aller voir la Bretagne profonde, la forêt de Brocéliande est très belle, bien entretenue car en majorité privée, et bien entendu tout est faux la dedans : Le tombeau de Merlin, la fontaine de Jouvence, le Val Sans Retour, mais elle est enchantée et nous aussi."...

     

..."L’après midi on rentre dans le camp qui est ouvert au public en permanence et on va visiter le musée du souvenir. C’est une visite que je conseille à tout ancien militaire de passage dans la région: il faut voir la casquette à Bugeaud et la tunique rouge de Bournazel; un condensé d’Histoire de France. Une vitrine est consacrée aux aviateurs mais ne parle que de VALIN et de JOUHAUD. Il y en a d’autres comme DELFINO"...

...Déjeuner prévu au mess, visite de l’exposition statique de matériel ...

... et spectacle...

... avec solide reconstitution non pas de la bataille d’Austerlitz, mais d’un combat en Afghanistan...

... avec engagement de nombreux moyens...

dépose d’une section par Caracal, arrivée de réfugiés Pendant ce temps le Tigre cercle au dessus... etc.. Pour finir enlèvement d’une partie du commando « en grappe » c'est-à-dire 5 soldats pendus au bout du câble sous le Caracal.

 

et l’organisation du camp de réfugiés se fait. Installation du groupe destiné à rendre l’eau potable arrivée de MSF avec camion de l’ONU.

... j’admire ce curieux canon présenté le 14 juillet qui s’appelle le CAESAR (CAmion Equipé d’un Système d’ARtillerie) ça parait être le fruit des amours illégitimes d’un 75 et d’un mortier de 120. Il n’y a pas d’affüt à proprement parler mais un gros socle à pointes qui se plante dans le sol en soulevant le camion. Informatisé il envoie 6 obus de 155 a 40 km en 3 minutes avant de déguerpir. Pour finir il est aéro-transportable en Transall.

... Enfin, retour à la tradition...

... où l'on retrouve la vraie cavalerie...

... et la célèbre "furia francese"...

et jusqu'aux artilleurs qui par leur tir ajusté ont bien failli détruire le mât des couleurs...

Mais la fièvre monte à l'approche du crépuscule...

... et dans un dernier baroud d'honneur c'est le rassemblement avant le dîner...

18 h. Briefing des parrains, je ne suis pas le seul aviateur, Il y a un Cne de Châteaudun qui vient pour sa fille, et un jeune Cne de la 33 qui vient lui pour son « petit frère ». Le problème consistant à amener quelque 150 parrains en face de leur filleul n’est pas simple surtout quand on nous explique que le mouvement se fera dans l’obscurité complète…

19h repas. Je passe mon uniforme et c’est reparti. En attendant 22h30 nous gagnons les tribunes.

 

A 22 h on fait le tour du Marchfeld (Chez nous on dirait le parking ou le tarmac)...

... et on se regroupe dans l’ordre prescrit, bien entendu on ne voit rien...

... mais on entend la Marseillaise chantée par les quelques 700 élèves de l’école : c’est impressionnant.

La lumière s’éteint on fait mouvement en suivant les autres on prend place derrière les élèves,

la lumière revient et je regrette de ne pas avoir nettoyé mes lunettes.

 J’avance dans les rangs des élèves sabre au clair et je me fais appeler par mon filleul. Ouf ! Le plus dur est fait.

    Par facilité j’enlève mes gants blancs j’échange ses galons d’aspi par ceux de SLT. J’évite de le saluer : Il serait obligé de me présenter le sabre et je repars. Arrivé en place la lumière s’éteint et on regagne nos tribunes pour le baptême des promos et le défilé final. Heureusement les casquettes d’aviateur se devinent dans la nuit, ce qui n’empêche pas quelque heurts...

Récit et reportage photographique: Philippe Moreau A.H.A. Compléments photographiques: Ecoles de Saint Cyr