Pêche au gros...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les missions ne se déroulent pas toujours comme on le souhaite et la superbe du pilote en prend parfois un coup, nous avons tous donné...

sarnuit1.jpg (22838 octets)

CAZAUX  1986 - 

Lors de ma "transfo" sur Puma SAR, je devais poser de nuit un plongeur sur un petit canot tiré par une vedette, le laisser une minute dans son embarcation, puis le remonter.

Finale impeccable, la voix du "treuilliste" est calme, précise :"En avant doux, le plongeur est à 5m, 3m, 1m, posé". Tout baigne... Verticale le canot, je n'aperçois qu'un tout petit bout de la proue de la vedette.           -" En avant 1m, 50cm, vertical...". Puis plus rien. Très peu d'images et plus de son. Dans un mouvement un peu brusque, la carotte radio du "treuilliste" s'est débranchée et très rapidement la belle verticalité n'est plus qu'un souvenir.

Tiré en tous sens par le câble du treuil car toujours accroché à la brassière, le plongeur a préféré se jeter à l'eau. Le croyant toujours à bord et, sans instruction, j'essaie à l'aveuglette, de suivre le canot.

Rebranchant sa carotte le "treuilliste" hurle :"En arrière !", ce que je fais avec force,, l'amplitude de nos actions sur le manche étant proportionnelle à la douceur de l'ordre reçu... L'hélico bondit en arrière et dans le halo du phare je vois furtivement, dans un tourbillon d'écume, notre plongeur traîné à une vitesse où normalement on fait du ski nautique... A mon tour je hurle :" Remonte-le !" et angoissé, j'attend que le câble s'enroule sur le tambour du treuil.

La nuit, surtout sans lune, il fait noir et comme chacun le sait, les lampadaires se refusent à pousser sur l'eau... Enfin le crochet est visible, il y a bien la brassière mais personne dedans. On a perdu le plongeur en mer. Contact tendu avec le bateau " Négatif, il n'est pas en bas, vous venez de le remonter."

Vaste la mer et le phare n'en éclaire qu'une minuscule partie. Je demande au bateau de faire demi tour pour essayer de le retrouver. Le temps est long quand l'angoisse tenaille. Où est-il et comment a-t-il résisté à son record de vitesse en semi immersion ? Soudain le bateau contacte " Il n'est pas loin, il pousse des cris de dinde !" Pas noyé du tout et même en pleine forme, il poussait d'énormes "Glou glou" pour se faire repérer.

La bière, au retour, aux environs de 3h du matin, avait un formidable goût d'équipage...

Parfois à Noël, quand arrive le plat principal, je m'imagine voir des palmes et un tuba au milieu des marrons...

 

J.F. G.