Louis Chantier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

     

En septembre 1939, Louis Chantier est élève Officier à l'Ecole Militaire de l'Air , laquelle vient d'être déplacée à Mérignac, en décembre de la même année il est Sous-lieutenant au Centre d'Instruction de la chasse de Chartres replié à Cazaux. Un an plus tard il intègre le Groupe de Chasse 2/1 au Luc.

Elève pilote à Salon de Provence en fin d'année 1941, il rejoint le GC 2/1 comme Lieutenant Pilote sur Bloch 152.

Les circonstances de cette époque ne favorisant pas spécialement l'envol de la jeunesse française, Louis Chantier va bientôt devoir se trouver d'autres "plats de résistance".

En avril 1943 il sert dans la Cie de Guet  12/71 à Bourg en Bresse puis durant les mois de juin et juillet 1944 il rejoint les Forces Françaises de l'Intérieur, avant de se retrouver à la Cie de Guet 14/71 à Macon.

... Et c'est le début de la reconquête du territoire...

... De décembre 1944 à août 1945 incorporé à la 2ème escadrille du GC 2/18  "Saintonge" il participe au opérations tant en France qu'en Allemagne comme pilote sur Dewoitine 520.

Avec les pilotes du GC "Saintonge" récemment dissous le Lt Louis Chantier rejoint le GC "Alsace" et embarque à Marseille 8 jours plus tard à destination de l'Indochine, où il arrive le 3 Août. Il y opère sur Spitfire. Jusqu'en Octobre, il effectue des missions de défense côtière du Sud Annam et réalise des missions d'appui au profit de l'infanterie en Cochinchine.

Il se trouve à Saigon le 2 Novembre lorsque la trêve qui venait d'être conclue avec HO-Chi-Minh est rompue par le coup de force réalisé par ses troupes au Tonkin. Quelques avions opèrent depuis le terrain de Tourane, à partir duquel ils vont participer à la délivrance des troupes de la garnison de Hué, tandis que Louis Chantier suit le reste de l'unité et fait mouvement sur Nha-Trang qui devient sa base principale.

On voit l'Alsace intervenir au Laos, à Dong-Hoï et à nouveau à Tourane. Des missions de reconnaissance armée sont également effectuées le long de la côte d'Annam jusqu'à sa relève le 16 Septembre 1947 par le GC I/4 Dauphiné commandé par le capitaine Félix Brunet et où le nouveau Capitaine Louis Chantier devient Directeur des Opérations GTS.

En août 1948 de retour en France il trouvera sa nouvelle affectation dès janvier 1949 où il prend le commandement de la 2ème escadrille du GC 1/5 "Travail"

 

En juin 1949 son unité qui a pris le nom de GC 1/5 "Vendée" part pour l'Indochine où le Cne Louis Chantier sera de tous les combats à la tête de son escadrille de P-63 "King Cobra" depuis les bases de Tan Son Nhut, Hanoï , Gia Lam ou Langson.

En août 1950 de retour en France sur la base d'Orange...

... Il devient le Cdt en second du GC 1/5 "Vendée"

En décembre 1951 le capitaine Louis Chantier rejoint la 13ème Escadre de Chasse à Oran la Sénia et prend le commandement du Groupe de Marche 1/21 "Artois", en mai 1952 son unité fait mouvement vers Saigon.

En juin 1952 le Groupe est basé à Tourane et poursuivra les opérations avec ses "Bearcat" jusqu' à sa dissolution en 1956.

Louis Chantier devenu Commandant en juillet 1952 quitte l'Indochine en 1954.

Rapatrié en métropole et après un congé de six mois...

Déjà titulaire de la Croix de Guerre 39/45

Louis Chantier reçoit des citations à l'ordre de l'Aviation de Chasse et du Corps Aérien pour sa conduite exemplaire en Indochine pour l'attribution de la Croix de Guerre des Théâtres d'Opérations Extérieurs avec Etoiles de Vermeil.

(cliquez sur la décoration)

 

...En juin 1954 le Cdt Louis Chantier rejoint sa nouvelle affectation la Base Ecole 707 de Marrakech au Maroc dans la Division Instruction où il est nommé commandant de la Division Moniteurs de Pilotage.

Dès le mois de juillet 1954 il prend le commandement de la Division Instruction; nommé Lieutenant colonel en décembre 1956, il conservera ce poste jusqu'en décembre 1957.

Il contribuera ainsi à la formation de nombreux pilotes sur les North American T6G "Texan"

 

En janvier 1958 il est sollicité pour effectuer un stage de transformation sur hélicoptères et rejoint la métropole pour suivre cette formation à la BE 725 de Chambéry et à Pau.

En avril 1958 il prend le commandement de l'Escadre d'Hélicoptères n°3 à Boufarik

Le LCL Louis Chantier commandera l'Escadre, gérant conjointement des détachements aussi disparates que ceux de Bizerte en Tunisie, des Opérations de zone dans l'Algérois, l'Ouarsenis, le Constantinois "Etincelles", la Grande Kabylie "Jumelles" s'inscrivant dans les opérations du "Plan Challe", ces activités se poursuivent après l'implantation de l'Escadre fin 1959 sur la base aérienne 146 de La Réghaïa où d'autres tâches viennent s'ajouter : transformation opérationnelle de pilotes en provenance de la

DIH de Chambéry, assurer la dotation en matériel pour la poursuite du "Plan Challe", participer à partir de La Réghaïa aux opérations héliportées de courte durée, assurer la permanence d'astreinte au sauvetage aéroterrestre et aéro-maritime avec 24h/24 deux H-34  en alerte à 5 et 30 mn, assurer enfin les missions de surveillance et de transport sur le site d'expérimentation nucléaire   d'In Amguel - In Ecker.

Le LCL Louis Chantier commandera la 3ème Escadre d'Hélicoptères jusqu'au 28 juillet 1960, 

remplacé par le Cdt Yves Sagot.

 

Le souvenir qu'il laisse à tous ceux qui ont été sous ses ordres dans l'Escadre peut se résumer par cette formule :

"C’était un chef redouté mais très juste."

En effet "s'il prenait rapidement la mouche" et avait un comportement un peu "jugulaire-jugulaire" surtout en base arrière, il savait également analyser les situations délicates dans lesquelles se retrouvaient souvent ses équipages confrontés aux prémices de l'interarmes, et il défendait avec fougue leurs intérêts, c'était avant tout un homme de cœur dans toute son acceptation :

"courage et générosité"

Le 25 février 1960 le H-34 n°1118 est abattu par le tir d'une arme automatique au cours d'une évacuation sanitaire au contact, entraînant la mort de l'équipage; le Cdt Tardy, le Sergent Maubourguet et le Sergent-chef Le Franc périssent dans l'incendie détruisant l'hélicoptère.

Pour Louis Chantier, la disparition tragique de son ami le Cdt Tardy, commandant en second l'Escadre sera déterminante pour la suite de sa carrière, il demande à être relevé de son commandement.

 

En août 1960 il est nommé Chef de la Division Hélicoptères au sein du Commandement de l'Aviation Légère de l'Armée de l'Air à Villacoublay, Colonel en octobre1961, il assurera ces fonctions jusqu'en avril 1962.

De mai 1962 à août 1964, il commande la BE 725 de Chambéry.

Là également il reprend le rôle exigeant du "père du régiment"

et ce avec le même succès que par le passé.

De septembre 1964 à septembre 1965 il occupe le poste d'Officier Supérieur Adjoint

au Général CDT la 3ème Région Aérienne à Bordeaux Mérignac

 De septembre 1965 à fin 1966 il commande l'École des Opérations Combinées 00/700 à Baden Oos

En mai 1967 il est nommé Général de Brigade en congé définitif du personnel navigant et en mai 1972 il passe en 2ème section des Officiers généraux.

 

Grand Officier de la Légion d'Honneur le 11.04.1970

- Croix de guerre 39/45

- Croix de guerre des Théâtres d'Opérations Extérieures

– Croix de la Valeur Militaire

– Médaille d'honneur du service de Santé (Argent)

– Médaille de l'Aéronautique

– Officier de l'Ordre National du Vietnam

– Chevalier de l'Étoile d'Anjouan

13 citations : 39/45 : 1EA – TOE : 7AA + 2CA VM : 3AA

 

Louis Chantier décède le 28 janvier 1993