dimanche 30 septembre 2007

 

 

 

 

 

 

 

 

Visite de l'île d'Aix

 

 

 

 

Petit matin blême? Non, bien au contraire la chance est toujours avec nous, le léger moutonnement des nuages sera propice aux coups de soleil et la légère brise nous assure une traversée paisible. Embarquement pour Cythère (?)...

Le choix des places serait-il un indice de sportivité ?

Quoi qu'il en soit, vu le nombre de passagers il faudra bien se décider pour "indoor" autorisant une meilleure écoute des commentaires des guides et autre capitaine, ou "outdoor" pour apprécier le cri des mouettes et respirer les embruns iodés, et puis au cas ou la mer devient grosse ce sera quand même plus hygiénique pour les copains... ;o(

Sortis du port, nous laissons La Pallice sur tribord...

Fin de saison et les plaisanciers sont plus que jamais sur le pont pour admirer le "phare du bout du monde" et surtout régater en solo ou en flottille, de toute façon pour nous c'est un spectacle qui agrémente bien les miles nautiques... Mais il faut relever les cols de vestes car ça fraîchit au large...

...Profitons de l'air pur et détendons-nous devant ce paisible tableau, à bâbord l'irisation du levant...

... A tribord le pont et l'île de Ré dans la brume. "La croisière s'amuse" et nous faisons le tour du fort Boyard...

Le fort mesure 61 mètres de long sur 31 mètres de large. Les murs d'enceinte culminent à 20 mètres. Il est construit sur un banc de sable nommé longe de Boyard qui a donné son nom au fort.
C'est dès la fin de construction de l'arsenal de Rochefort (1666) que la nécessité d'une protection fut évoquée. On envisage dès le départ la longe de Boyard comme base pour la construction mais, après les différents relevés, Vauban dira à Louis XIV :
« Sire, il serait plus facile de saisir la Lune avec les dents que de tenter en cet endroit pareille besogne. »
Il fallut ensuite attendre le tout début du XIXeme siècle pour que la question redevienne d'actualité. Un projet fut proposé à Napoléon1er et en 1801, les travaux débutèrent, mais compte tenu des difficultés techniques de construction, enrochement uniquement à marée basse, dès 1809 ce projet est ajourné.
C'est sous le règne de Louis-Philippe et le regain des tensions entre Français et Britanniques que le projet est repris, en 1837. La construction du fort prendra alors dix ans :
1852 : la construction du niveau inférieur s'achève (magasins à poudre et vivre, cuisines). 
1854 : fin de la construction du premier niveau. 
1857 : la construction du fort s'achève avec le dernier niveau et la tour de vigie. 
Le fort peut alors accueillir deux cent cinquante hommes durant deux mois sans contact avec le continent. Mais, entre temps la portée des canons a augmenté et l'utilité du fort s'en trouve limitée.

Mais voici l'île d'Aix...

Manœuvres d'accostage et débarquement...

C'est pas que le chemin est étroit, mais y'en a qui marchent plus vite que d'autres, auraient-ils faim ?... Il ne faut pas se perdre de vue car peu d'entre nous connaissent l'endroit et c'est une découverte bucolique à chaque pas. Malgré que le ciel se couvre, une douce tiédeur marine nous accompagne... 

Cet endroit semble hanté par une présence impériale...

... Napoléon par ci, Napoléon par là... Pourtant Ajaccio est loin.

Après le passage entre les poteaux, ça s'étire au point que les derniers ne voient plus les premiers et si ces premiers se retournent et bien ils tombent... Il faut toujours regarder devant soi !... ;o)

En tout cas la ballade apéritive est sympa, non ?

Des parcs à huîtres à la tente d'hôte il n'y a que quelques pas (enfin, plus d'une bonne centaine...)

Vue imprenable sur la vase !... Ben y'a pas de mal c'est marée basse.

A votre santé Mesdames !...

L'atmosphère se réchauffe !...

Y'en a qui pètent le feu !... 

Là c'est le bouquet! Y faut pas leur en promettre des langoustines! Et les vins de pays sont parfaits, hips!...

 Non sans rire ça ne vous fait pas envie ?

C'est ce qu'on appelle la revalorisation du travail manuel...

... Bref, nous passerons sur les plats et desserts, tous excellents, parce qu'on est pressé de s'instruire...

Église du XVème siècle dont la cloche a été dérobée par l'Anglais, Maison du Gouverneur où a séjourné l'Empereur Napoléon Ier avant son incarcération à Ste Hélène par l'Anglais... Et en plus l'Anglais sera notre vainqueur à la coupe du monde de rugby...

La note va être salée ! 

Frégate française "LA  SAALE", qui reçu à son bord l'empereur Napoléon Ier du 8 au 11 juillet 1815. 

Elle le conduisit de Fouras à l'île d'Aix

A
LA MÉMOIRE
DE NOTRE IMMORTEL EMPEREUR NAPOLÉON 1er
15 Juillet 1815 III
TOUT FUT SUBLIME EN LUI SA GLOIRE SES REVERS
ET SON NOM RESPECTÉ PLANE SUR L'UNIVERS

La visite s'achève déjà et c'est avec un peu de nostalgie que nous quittons cet endroit reposant...

Notre "goélette" fini par aborder et c'est l'embarquement du voyage de retour

Une dernière fantaisie aquatique et nous touchons le plancher des vaches...

A l'année prochaine !...  ;o)

 

Reportage photographique:  Pierre Laverdure, Michel Dupuis, François Coupard, Gérard Finaltéri