"Ô temps, suspends ton vol..." (A. de Lamartine)

... de l'enfer de Diên Biên Phú  au lac du Bourget 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vincent Marfisi, mécanicien au GT 2/64 "Anjou" lors de son détachement au Tonkin sur les bases de Gia Lam et Bach Mai.


En juillet 1946, l'épopée d'Extrême Orient commence.

 Le Groupe de transport 2/64 Anjou est basé à Tan Son Nhut. Les ravitaillements des postes isolés par le Viêt-Minh, mettent les Dakota à rude épreuve Le GT prend une part active aux opérations de la Plaine des Joncs et de Cochinchine. Le 20 novembre 1953, débute l'opération Castor. Une armada aérienne (160 Dakota) déverse sur les DZ de Diên Biên Phú plusieurs bataillons de parachutistes et des tonnes de matériel. Un terrain improvisé par le Génie sera utilisé intensivement jusqu'au jour où la DCA et les obus de mortier le rendront impraticable. Le 11 juin 1954, la fourragère aux couleurs de la médaille Militaire spéciale aux T.O.E. (Théâtres d'Opérations Extérieurs) est attribuée au GT 2/64. Après la chute de Diên Biên Phú, les évacuations sanitaires constitueront le gros du travail.
En 1947, deux Dakotas se seront écrasés, l'un à Hoa-Binh, l'autre à Than-Loc, causant la mort de sept "angevins".
En 1953, 31 avions seront touchés par la DCA Viêt-Minh.
 

A Diên Biên Phú, malgré 13 avions touchés par DCA et la perte d'un de ses équipages, l'Anjou poursuit sa mission avec le même

 allant, apportant jour et nuit son précieux concours aux défenseurs du camp retranché tout comme les hélicoptères de l' ELA 53.

 l'Anjou reçoit sept citations à l'Ordre de l'Armée Aérienne, pour 17596 missions de guerre en 64225 heures de vol en Indochine.

L'évacuation des blessés de la cuvette de Diên Biên Phú se fait par des aéronefs de petite taille vers le terrain de Lai Chau, ils sont ensuite pris en charge par les C-47 et dirigés vers Hanoi.

"J'ai participe avec les C47 de l'Anjou à la récupération des blessés évacués de la cuvette de Diên Biên Phu sur Lai Chau d'où ils rejoignaient les hôpitaux d'Hanoi.
Le petit terrain de Lai Chau  était fort encombré, les blessés toutes armes confondues, sur leurs brancards attendaient
au soleil leur rapatriement dans une atmosphère pesante et insupportable, en passant au milieu d'eux j'ai eu la
surprise de rencontrer un aviateur, je m'empresse auprès de lui bien sûr et lui offre une bouteille (bière ou soda?)
qui est la bienvenue. je le réconforte et je repart...
"

A la fin de son séjour en Indochine, Vincent Marfisi, après sa transformation sur hélicoptères se retrouvera en Algérie et...

"... 1957 je suis affecté à Chambéry ou je retrouve
le capitaine Bartier, je lui rapelle son évacuation de Lai Chau (triste souvenir) devant un pot au mess...
"

 

Récit de Vincent Marfisi Documentation Vincent Marfisi, Fonds A.H.A., S.H.D.