Claude Barteau                  Premier commandant du "CIEH + EIH"

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Claude Barteau nait le 18 février 1933 a Nantes.

ll fréquente assidument l’Aéro-club local pour y approcher pilotes et avions; titulaire d'une bourse, il pourra prendre les commandes de son premier avion, un Stampe.

Une affiche montrant un chasseur a réaction Vampire et encourageant les jeunes à intégrer l’Armée de l'Air va décider de sa vocation.

Le 1°’ mars 1951, il s'engage comme élève pilote, il a tout juste 18 ans.
En juin 1951 il est envoyé aux Etats-Unis pour sa formation militaire qui, a l'époque, se fait encore outre-Atlantique.

Là-bas, il pilote d'abord le T-6, biplace école, puis le fameux chasseur P-51 Mustang.

En août 1952, à 19 ans, il est breveté pilote de chasse et dans la foulée fait le stage "Combat Crew Training", il est prêt pour la suite des opérations...

Au retour en France, il est affecté à Rabat au Maroc et vole sur P-47 Thunderbolt, un gros avion de chasse et d'attaque au sol.

 Le 1er mars 1953, il est envoyé en Indochine.

ll va y effectuer 300 missions de guerre dont 35 depuis le réduit de Dien Bien Phu.

ll vole sur F8F Bearcat, un chasseur embarqué fourni par les Américains, mais employé a terre par l’Armée de l'Air. Une machine puissante et ramassée, "toute en moteur et hélice" dont l'atterrissage, délicat sans la crosse d’arrêt démontée, pouvait se terminer sur le nez.

 En juillet 1954 c’est le retour en France. ll est affecté à Creil et pilote le Vampire.

Il profite de cette affectation pour passer des brevets de pilote civil.

 
 

En 1955, il regoit une note de service de l’Armée de l'Air demandant des volontaires pour apprendre à piloter des hélicoptères. En l‘absence d'organisme militaire, la formation se fait alors chez Fenwick Aviation, une société civile qui commercialise les appareils Bell. Il saute sur l'occasion et en mars 1956 est breveté pilote d'hélicoptere sur Bell 47.

 
ll est ensuite envoyé en Algérie.

Il y vole sur Bell 47 jusqu’en octobre 1957, date à laquelle il est affecté à Chambéry comme instructeur hélicoptère.

 
 En 1959, c’est l’Ecole de l'Air à Salon de Provence dont il sort en 1960 et retourne comme pilote d'héllcoptére en Algérie sur Alouette ll et Sikorsky H-34.
 

En 1963 et 1964, il est a nouveau instructeur à Chambéry à la DIH (Division Instruction Hélicoptère) puis Commandant de la DIS (Division Instruction Sol, une des deux composantes de la DIH) puis Commandant de Ia DIH et deviendra le premier Commandant du Centre d'lnstruction des Equipages Hélicoptères (CIEH) aprés la fusion de celui-ci avec I' EIH.

 

*** Décorations ***

Service actif AA: du 15 mars 1951 au 31 décembre 1970


Commandeur de la Légion d’honneur : Décret du 15 Juin 2000 (JO N°146 du 25 Juin 2000).
Médaille militaire avec Palme TOE :JO du 16/12/1956.
Officier Ordre National du Mérite :JO du 27/12/1968.


9 citations françaises : 6 palmes, 3 étoiles (une vermeille, une argent, une bronze).


Indochine: pilote de Chasse: Croix de guerre des TOE 4 citations: 3 palmes 1 étoile:
1°A l’ordre de l’Armée Aérienne : Décision n°49 du 16.04.1954.
2°A l’ordre de l’Armée Aérienne : Décision n°66 du 14.08.1954.
3°A l’ordre de l’Armée Aérienne : Décision n°111 du 18.04.1955 (Annulée et remplacée par Médaille militaire avec palme 10.12.1956 à titre exceptionnel) .
4°Etoile de bronze : « Spéciale des TOE » Arrêté du 5.04.2013.


Algérie: Pilote hélicoptères: Croix de la Valeur Militaire: 5 citations 3 palmes 2 étoiles :
5°A l’Ordre de l’Armée Aérienne :Décision n°11 du 15.12 1956
6°A l’Ordre de l’Armée Aérienne :Décision n°40 du 17.04.1958
7°A l’Ordre de l’Armée Aérienne :Décision n°40 (annulée et remplacée par Chevalier de la Légion d’Honneur avec palme (JO du 11.03.1959) à titre exceptionnel)
8°A l’Ordre de la Division Aérienne : OG n° 375/5°RA du 21.10.1961.
9°A l’Ordre du Corps Aérien : OG n°424/5°RA du 25.05.1962

Croix de la vaillance vietnamienne à l’ordre du régiment (OG n°82/TT).
Croix du combattant volontaire: Indochine: Décision n°75 du24/06/2004
Croix du Combattant volontaire Algérie: Décision n°58 du 15/07/2004
Médaille d’Honneur du service de Santé
Témoignage de satisfaction à l’ordre de la Région Aérienne 0Gn°038


Claude Barteau totalise 1226 missions de guerre N° 2 (dont 300 Avions de chasse en Indochine)

 

En 1965 il est désigné comme pilote représentant l’Armée de l'Air au Centre d'Essais en Vol de
Brétigny.

ll pilote Super Frelon, Alouette lll, HSS (H34 marine), Puma ou Djinn. ll travaille sur le vol IFR ou Ies systèmes de pilotage automatique et en profite pour passer son brevet de pilote de ligne hélicoptère.

 ll présente alors le concours de l'EPNER (Ecole du Personnel Naviguant d'Essais et de Réception) dont il suit la formation en 1967 et 1968 et sort breveté pilote d'essais hélicoptère.

II y reste jusqu’en 1970 comme instructeur.

 

C'est aussi en 1970 que sa route croise celle de Turbomeca.
Lors d’un vol de liaison entre lstres et Pau, il rencontre Maurice Lamontagne, alors pilote d'essais de la CGTM mais aussi ancien pilote de Bearcat en lndochine, qui Iui dit rechercher quelqu’un pour le remplacer. Ce que lui confirment le Directeur de la CGTM, le général Ladousse et son Directeur Technique, Emile Guillard.

Sa première visite à CGTM dans le cadre de cette embauche va Iui donner un aperçu de ce qui l‘attend. En effet, ce jour là, Joseph Szydlowski est à Uzein pour discuter des résultats d'essais en vol de l‘Astafan. Apparemment, il n’est pas content. Rapidement, la discussion s’envenime et le Patron sort son traditionnel "Je vous en mets tous à la porte" en s'adressant à Ladousse, Lamontagne et Guillard, mais aussi à destination de Claude. Comme il le dit: "J'ai été viré six mois avant d'être embauché ! ". ll n'est pas découragé et le 1°’ janvier 1971, fait son entrée comme pilote d'essais hélico et stagiaire avion à la CGTM.

ll passe également son brevet de pilote d'essais avion, ce qui lui vaut de piloter le Mirage llI. A partir de la, il ne va plus quitter la CGTM et prendra sa retraite apres 22 ans passés dans cette société, le 26 février 1993, date également de son dernier vol.

Celui-ci est effectué sur le banc volant AS 355 équipé des Arrius 2C. Son compteur s‘arrête ce jour
là à 12 380 heures de vol dont 7381 sur hélicoptères.

 

Essais en vol à CGTM


Pour Claude, Ies essais en vol, c'est "mettre l’avion là où il n’a rien à y faire".

 Et des essais en vol, sa carrière à CGTM en est pleine.

Tout d’abord, bien sûr, il y a les premiers vols :

 1 Mars 1973 : premier vol du turbopropulseur Astazou XX sur Nord 260
 7 décembre 1974 : premier vol de l’Arriel sur Gazelle

           Claude Barteau


 24 janvier 1976 : premier vol de l’Astafan IV sur Aerocommander 690
 4 juin 1977 : premier vol du Makila sur Puma
 3 juillet 1980 : premier vol d'une régulation numérique a autorité totale de conception Turbomeca sur Astazou Ill monté sur la Gazelle
 8 avril1982: premier vol du TM 333 sur Dauphin
 19 mai 1983 : premier vol du TM 319/Arrius 1 sur AS-355
 9 novembre 1985 : premier vol du TP 319 sur Epsilon
 6 Avril 1990 : premier vol de l’Arriel sur BK-117
 12 février 1993 : premier vol de l’Arrius 2 sur AS-355

 

Pilote d'essais sur prototype d'Alphajet


 

Mais les premiers vols ci-dessus ne sont que la partie émergée des multiples appareils équipés de moteurs "Turbomeca" que Claude Barteau a piloté entre 1971 et 1993 ...

Et souvent menés "là où ils n’ont rien à y faire" ...

 Pour les avions :
- Avec l‘Astazou: Nord 1100, Marquis, Nord 260, Pucara, Epervier. Une mention particulière pour ce dernier avion avec lequel Claude s'est régalé bien souvent grace a ses capacités en voltige exacerbées par la puissance de l’Astazou.
- Avec I’Astafan : Fouga 90, Aerocommander
- Avec Ie Larzac: Falcon, Caravelle, Alphajet
- Avec le Bastan : Nord 260 et Nord 262
- Avec l’Arrius TP : Epsilon et Omega


 Pour les hélicoptères :
- Avec l’Astazou : Gazelle
- Avec l'ArrieI 2 Gazelle, Ecureuil, Dauphin, S-76, BK-117
- Avec l'Arrius :AS-355
- Avec le MTR-390 : Panther
- Avec le Makila : Puma, Super-Puma
- Avec le RTM-322 : S-70

 

Avec des extraits du "Bulletin de l'Association des Amis du Patrimoine Historique de Turbomeca"