Authentique « enfant » du pays, né ici à Monfort en 1937, Michel intègre l’Armée de l'Air en 1952 comme « arpète » à l’École de Saintes en Charente-Maritime. Après un séjour au Maroc, le sergent SEUBE rejoint l’Algérie en juillet 1956. Il est alors engagé volontaire au  sein du GCPA (Groupement des parachutistes de l’Air). Cette spécialité (commando parachutiste de l’Air) va conduire Michel à vivre en Algérie un des moments les plus forts et intenses de sa carrière. En 1957 il est détaché au sein de la 2ème Escadre d’Hélicoptères pour intégrer l’équipe de développement du premier hélicoptère armé « Pirate ».

                Michel va donc participer à cette époque  à de multiples expérimentations et mises au point d’armements embarqués sur « hélicoptères ». Mais il a vécu également et par ailleurs, dans un environnement particulièrement exposé, de nombreuses missions opérationnelles aéroportées et sur hélicoptères ; repéré pour son excellence en qualité de mitrailleur de bord sur hélicoptères par le légendaire Colonel Félix BRUNET, il en devient son équipier favori. Sans doute le fait le plus marquant fut pour lui et pour bien d’autres dont quelques uns sont présents cette après-midi, l’opération de Timimoun sous le commandement conjoint des Colonels Félix BRUNET et Marcel BIGEARD.

                En 1963, Michel intègre l’E.M.A. et gagne ses galons d’officier qui le conduiront à vivre une longue et belle carrière d’officier « mécano ». Tu as toujours été aimé de tes hommes, tu as été un chef intègre, enthousiaste, exerçant tes commandements successifs, j’en suis certain, avec une autorité ferme mais sereine.

                Pour ne pas froisser ta modestie ni ton humilité, je n’en dis pas plus… Et pourtant je me dois de souligner que tu es chevalier de la Légion d’Honneur, officier de l’Ordre National du Mérite, détenteur de la Croix de la Valeur Militaire, entre autres témoignages de la qualité des services rendus.

                Mon Colonel, cher Michel, tu as quitté l’A.A. en 1984 pour rentrer au pays et vivre une belle retraite méritée, que toi et tous les tiens auraient souhaité bien plus longue.

                Les éloges concernant ta personne n’étaient pas « ta tasse de thé ». Aussi, on m’a soufflé un point faible de ta belle personnalité : ton amour des animaux en général et des chevaux en particulier. Belle faiblesse !

                Ta famille, tes amis et tes camarades sont ici, rassemblés autour de toi, pour t’accompagner à l’occasion de ton dernier « vol ».

                Nous sommes présents aujourd’hui, les anciens des « Commandos Parachutistes de l’Air », ceux de « l’Association des Hélicoptères Air » et ceux que tu venais juste de rejoindre des « Ailes en Midi-Pyrénées » pour te rendre hommage et soutenir toute ta famille en ce moment difficile et particulièrement douloureux.

Mes respects, mon Colonel.