1955 - 1959

Escadrille d'Hélicoptères Moyens 2/57

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Stuttgart : Prise en compte du lot des 8  H-19B (avec la trace de l'insigne "US ARMY" sur le cargo du "27623" au premier plan).

Historique du H-19  "27615" (au second plan)

Historique du H-19  "27611" (au premier plan)

Historique du H-19  "27609" (au second plan)

 

Équipages ayant participé au convoyage aérien du 6 au 9 juillet 1955

Stuttgart  -  Lahr  -  Dijon  -  Aulnat

Pilotes Mécaniciens
Lt Colonel              Lacroix Sergent-chef      Darthial
Capitaine               Sagot Sergent-chef      Lautredou
Capitaine               Saigne Sergent              Bret  
Adjudant-chef       Cevrero Sergent              Jacquot
Adjudant-chef        Dufeu Sergent              Martinez
Adjudant-chef        Royer  
Adjudant-chef       Wachter  
Adjudant              Cherblanc  
Sergent                 Duhoux  
Sergent                 Grethen  
Sergent                 Nozet  
Sergent                 Petetin  

                                                                                                           ? ,     Louis Dufeu ,     ?

Ces H-19B pris en compte sur la base de Stuttgart étaient convoyés par air jusqu’à la base d’Aulnat Clermont Ferrand du 6 au 9 juillet. A l’AIA d’Aulnat, ils recevaient les appareils de radio standard de l’Armée de l’Air et effectuent les essais en vol correspondants aux tests de réception français jusqu’au 15 juillet. 

Le convoyage final était fait via l’Espagne, le Maroc et l’Algérie. Ils arrivaient bien avant la création officielle de l’escadrille et ils étaient mis en œuvre dès le 23 juillet pour évacuation sanitaire, ils servaient aussi au transport de matériel spécial avant d’être détachés aux missions de soutien des opérations de combat.

Équipages ayant participé au convoyage aérien du 16 au 20 juillet 1955

Aulnat  -  Orange  -  Perpignan  - Barcelone  -  Valence  -  Carthagène  -  Malaga  -  Tanger  -  Fez  -  Oujda  -  Oran  -  Blida  -  Boufarik

 

Pilotes Mécaniciens
Lt Colonel              Lacroix Sergent-chef      Darthial
Capitaine               Saigne Sergent-chef      Lautredou
Adjudant-chef       Cevrero Sergent              Bret  
Adjudant-chef        Dufeu Sergent              Coucuron
Adjudant-chef       Wachter Sergent              Gomez *
Adjudant              Cherblanc Sergent              Jacquot
Sergent                 Avon Sergent              Lafont * (radio)
Sergent                 Duhoux Sergent              Martinez *
Sergent                 Gazel Sergent              Pellerin
Sergent                 Grethen Sergent              Weydmann
Sergent                 Massot  
Sergent                 Nozet  
Sergent                 Petetin  
Sergent                 Serre  
Sergent                Thomassin  
S/Lieutenant         Guyot Sergent              Bouisset      >

 

 

 

Les appareils 408 et 409 ont été convoyés du 6 au 8 juillet 1955.

Les appareils 603, 609, 611, 614, 615, 623 ont été convoyés le 9 juillet 1955.

 

 

*  Par manque de co-pilote, ont effectué quelques étapes au poste de pilotage.

 

L'appareil n° 611, retardé à Fes pour ennui mécanique, rejoindra Boufarik le 23 juillet.

Le n° 408, retardé à Tanger pour ennui mécanique, rejoindra Boufarik le 25 juillet.

Les services aériens correspondant au convoyage sont consignés sur le Registre Journal de l'Escadrille d'Hélicoptères Légers N° 57,               l'E.H.M. 2/57 n'étant créée que le ler août 1955 et n'ouvrant son premier Registre Journal que le 3 août 1955. 

Au total 239 heures 15 de vol, soit 30 heures par appareil, sont consacrées au convoyage et essais en vol.


L’Escadrille d’Hélicoptères Moyens 3/57 (EHM.3/57) créée également le 1er août 1955 sur la base 142 de Boufarik était dotée dès l’origine de 8 WS.55 (correspondance de la licence du H-19A, avec moteur moins puissant). 
Les deux premiers WS.55 étaient convoyés depuis Cosford en Angleterre, début septembre jusqu’à l’AIA d’Aulnat pour mise au standard radio et équipement de l’Armée de l’Air française. Après de longs et difficiles essais de mise au point, ils étaient finalement convoyés par bateau depuis Marseille jusqu’à Alger pour entrer en service à l’EHM. 3/57 le 21 novembre 1955 avec entrée opérationnelle dès le 26 décembre. 

Les derniers lui étaient livrés en janvier 1956 (moins un appareil: "WA119 - F-SECB" accidenté le 15/12/1955 lors du convoyage avant Marseille). Cet appareil était reconstruit et livré en mars 1956 à l’ALAT avec les autres WS.55 que l’Armée de l’Air ne voulait plus, les pilotes l’avaient gratifié de « plus sale brouette » de l’A.A. 
Les 7 WS.55 étaient remplacés par 8 H-19B remontés par la SNCASE sous licence.


le "179" au port d'Alger

 

Le Cne Yves Sagot ( promu Cdt le ler octobre 1955 ) assure le Commandement de l'unité à partir de ler août 1955.
Lui succéderont, jusqu'à la dissolution de l'E.H.M. 2/57, le 15 septembre 1959, les Cnes Bourdeau, Chevallier, le Cdt Le Goff, le Cne Jacques Lassus .
A l'origine, le Commandant d'unité dispose de quelques pilotes et mécaniciens ayant préalablement servi en Indochine sur hélicoptères de 1952 à 1955. Par la suite viendront s'incorporer des personnels formés sur divers appareils: Hiller, Bell 47 G, S.51, S.55, aux États-Unis, en Grande-Bretagne, au Canada; en France: par les Sociétés Hélicopair, Fenwick, et la Société Nationale de
Construction Aéronautique du Sud-Est (S.N.C.A.S.E.) qui construit sous licence les appareils Sikorsky H. 19 après la première livraison en RFA., à la Base Ecole 721 de Rochefort, et, à partir de juin 1956, des pilotes formés sur la Base École 725 de Chambéry, à la Division d'Instruction d'Hélicoptères, créée par le Cdt Alexis Santini, le pionnier des hélicoptères dans l'Armée de l'Air.
Très peu de mécaniciens assurant les difficiles tâches du mécanicien en vol à bord des H.l9 en opération, l'entretien journalier de l'apparei1, les visites périodiques intermédiaires et surtout la surveillance de la cabine passagers et plus particulièrement à l'embarquement et pendant la phase délicate du poser, ont le statut de mécanicien volant leur assurant, comme aux pilotes, le complément de solde appelé " Solde à l'Air".
Intégrée au sein du G.M.H. O57, puis de l'Escadre d'Hélicoptères N°3, qui assurent l'administration de leurs unités subordonnées, l'E.H.M. 2/57 n'a qu'un effectif très réduit en Personnel Non Navigant du Service Général ,pour le suivi du Registre Journal et des Carnets Individuels des Services Aériens.


Sur la Base Aérienne 142 de Boufarik, l'E.H.M. 2/57 connaîtra des débuts difficiles dus principalement à une pénurie quasi-générale de moyens matériels. 
De plus, si à sa création, le ler août 1955, l'unité dispose bien de ses huit appareils en dotation, tous présents dans la dernière semaine de juillet, il faut considérer qu'il ne s'agit pas d'appareils neufs. A leur livraison en Allemagne, ils avaient des potentiels très divers en heures de fonctionnement, encore réduits par les 30 heures de vol nécessitées pour chacun d'eux par le convoyage aérien.
Après une visite d'arrivée très minutieuse et une mise à jour rigoureuse des fichiers sous-ensembles, les H. 19 seront souvent immobilisés, à intervalles courts, pour l'inspection et 1'entretien, voire le remplacement, de ces sous-ensembles dont la limite de vie a été fixée à un niveau relativement faible, par mesure de sécurité, en attente de la confirmation, par l'usage, de la tenue de ces éléments. Ce n'est que peu à peu que les limites de vie seront relevées.

Parallèlement, il faut que le circuit de ravitaillement en pièces de rechange s'organise pour un fonctionnement convenable. Les huit premiers appareils ayant été livrés sans accompagnement, des indisponibilités de longue durée seront dues à cette absence et difficilement compensées par le recours à la méthode peu orthodoxe, surtout coûteuse en main d'œuvre, de la "cannibalisation" consistant à démonter un sous-ensemble ou une pièce sur un appareil, momentanément indisponible, pour en effectuer le remontage sur un autre.
Extrême difficulté à maintenir en état opérationnel plus de trois appareils pendant les quatre premiers mois d'existence de l'unité et par suite le faible niveau correspondant de l'activité aérienne.
Le besoin en appareils supplémentaires que nécessitent les opérations de l'Armée de Terre, face à l'extension et à la recrudescence des activités rebelles, sera satisfait par la livraison d'hélicoptères neufs, construits sous licence SIKORSKY par la S.N.C.A.S.E., recevant ensuite leur équipement standard radio à l'A.I.A. d'Aulnat, avant leur convoyage Aulnat (voie aérienne) Marseille (voie maritime) Alger (voie aérienne) Boufarik.
- De fin décembre 1955 à fin mai 1956, dix appareils seront ainsi livrés.
- Les premiers arrivages permettront l'engagement immédiat de l'unité, avec maintien en disponibilité permanente, de six H.l9 pendant huit jours consécutifs dans le Constantinois, dès la fin janvier 1956.


Pour mémoire, avant même la création officielle de l'unité le ler août 1955, la toute première mission sur H. 19 en Algérie a été effectuée dès le 23 juillet 1955 dans l'Algérois  pour l'évacuation sanitaire de trois blessés à partir de Bouira vers l'hôpital d'Alger      (1 heure 40 de vol Boufarik- Bouira-Alger-Boufarik) Équipage de l'hélicoptère n° 615 P.C.A. Cdt Garbe, P. Sergent Petetin
Mec. Sergent Michel
La seconde, après mise en place le 4 août 1955 d'un H. 19 de Boufarik à Télergma dans le Constantinois, consistera dans le transport de spécialistes et de matériel gonio depuis Télergma vers une station proche de Canrobert, le 6 août 1955, avec retour à Boufarik le 7 août.


- DÉTACHEMENTS OPÉRATIONNELS.
C'est dans ces détachements que seront effectuées les missions dévolues aux H.19 en soutien des opérations menées par les unités engagées dans les combats au sol.
- Missions d'héliportage de Commandos
(1), la capacité d'emport variant de cinq à sept commandos, exceptionnellement huit, compte-tenu de l'altitude et de la température (2) des zones de décollage et de poser, du poids d'essence nécessaire pour la durée de vol prévue sans ravitaillement intermédiaire, du poids (3) des commandos armés et équipés. C'est pourquoi, en zone montagneuse élevée, le mécanicien de bord restera le plus souvent à terre sur la base avancée de l'opération où il s'activera aux indispensables vérifications et compléments en essence, huile, liquide hydraulique. Cette absence se fait au détriment de la sécurité, quand les commandos transportés ne respectent pas les règles élémentaires à observer pendant les manœuvres
délicates, souvent dangereuses du décollage et du poser en limite des possibilités de l'appareil, en particulier la nécessité d'un centrage convenable par leur répartition correcte dans la cabine cargo, devenue sans surveillance.
 - Transports ( ravitaillement en eau et rations, parfois en munitions et essence) et courtes liaisons de passagers dans le cadre d'une opération héliportée.
 - Missions spécifiques de transport de fret et/ou de passagers, (inspections de comnandement, tournées de personnalités, déplacements de spécialistes).
 - Exceptionnellement, des missions d'évacuation sanitaire de blessés, malades ou morts, quand aucun Bell 47 G n'est disponible à proximité du besoin ou lorsque de trop nombreux blessés
(4) sont à évacuer simultanément et/ou de nuit 
 - Très exceptionnellement, missions de reconnaissance, le ou les observateurs, en cabine cargo, n'ayant qu'un champ de vision très réduit comparé à celui offert par la bulle du Bell 47 G.

(1) Sous cette appellation sont regroupés tous personnels: Parachutistes, Légionnaires, Commandos de l'Air, Commandos Marine, troupes de secteur..., héliportés pour une opération spécifique; Dans les autres cas, ils seront répertoriés comme passagers.
(2) Ces deux facteurs conditionnent essentiellement les performances du moteur.

(3) C'est ainsi, qu'après pesée, le para moyen du 3ème R.P.C. afiichera 68 Kilos, le légionnaire du R.E.P. 77 Kilos, et que le seul sac à dos de certains Chasseurs Alpins en Grande Kabylie atteindra parfois 18 Kilos.
(4) Le H.19 peut transporter jusqu'à 8 blessés assis, ou 6 blessés couchés repartis en deux rangées de trois civières superposées, de jour et éventuellement de nuit.
Le H.l9 n° 611 évacuera, le 25 septembre 1955, à trois reprises, 6 blessés couchés du ler Tabor après un violent engagement dans la région de Cheria.
Équipages 1 P. A/C Dufeu (pour 2 évacuations sur Cheria
                       P. Sgt Rolland 

                     1 P. Adjt Bouin (pour 1 évacuation sur Cheria  puis Tebessa) P. Sgt Nozet Mec. S/C Chevillet


 1 - Constantinois
L'intensification des activités rebelles dans le Constantinois, à partir du noyau originel des Aurès, va imposer très rapidement, dès leur arrivée en unité, le déploiement, depuis la base-mère de Boufarik, des appareils disponibles vers cette région et les détachements opérationnels vont s'y multiplier:
 - dès le 10 août 1955, dix jours après la création de l'E.H.M. 2/57 à partir de la base-arrière de Oued Hamimin (Constantine), où pilotes et mécaniciens retrouvent leurs camarades des Bell 47G déjà en place.
 - à compter du 22 janvier 1956, à partir de la Base Aérienne de Télergma, nouvelle base arrière, plus proche des secteurs sensibles, leur offrant de plus des moyens mieux adaptés à leurs besoins vie et logistique et, en particulier, la possibilité d'y implanter à bref délai une Section de Vérifications et Réparations (S.V.R. avancée) pour les visites périodiques ne nécessitant pas un retour à la base-mère de Boufarik.


 1.A - Oued Hamimin (Constantine)
Avec trois appareils maintenus en disponibilité opérationnelle, quelques missions d' hélitransport de commandos, de transport de fret et/ou de passagers, et d'évacuation sanitaire seront effectuées d'août 1955 à janvier 1956 
- En août 1955, trois missions d'hélitransport, mettant en oeuvre 2 ou 3 H. 19, de 95 commandos; trois évacuations sanitaires de 6 blessés; pour un total de 23 heures 55 de vol strictement opérationnel
(5), ces missions étant toutes effectuées dans le secteur de Constantine.
- En septembre 1955, dans les secteurs de Philippeville, Collo et Lutaud, trois missions d'hélitransport, de 142 commandos et de transport de 5 passagers; puis du 22 au 30 Septembre 3 appareils effectueront, dans la région de Tebessa - Cheria, au profit des troupes du ler Tabor, engagées dans des conditions difficiles: 3 missions de ravitaillement, 2 missions de transport de 9 passagers et surtout 10 évacuations sanitaires de 39 blessés dont 15 seront finalement évacués sur Tebessa et 1 vers Constantine. Au total 65 heures 40 de vol strictement opérationnel.
- En octobre 1955, 10 heures 45 de vol pour 3 missions de transport de 12 passagers, l'une vers Djidjelli, les deux autres dans la région Batna, Arris, Biskra, M'Chouneche.
- En novembre 1955, un seul appareil, détaché à Batna effectuera au profit du Régiment Étranger de Parachutistes dans la région: M'Chouneche, Baniane, Tkout, 4 hélitransports de 95 commandos et de 600 kilos de ravitaillement pendant la période du 7 au 11 novembre, tandis qu'un autre déposera 28 commandos et 5 passagers, dans le secteur de Constantine, au Café Maure à partir de Oued Hamimin. Au total 16 heures 15 de vol opérationnel.
- En décembre 1955, il s'agit également de missions individuelles effectuées, soit à partir de Oued Hamimin en cours de mois, soit à partir de Kenchela par un appareil détaché pendant 7 jours, enfin soit à partir de Ferkane pour un appareil mis en place pendant 3 jours.
Au total 49 heures 35 de vol opérationnel: 1 mission d'hélitransport de 10 commandos, 18 missions de transport de 51 passagers et 1 tonne 300 de ravitaillement, 5 évacuations sanitaires de 4 blessés et 4 morts.
- Jusqu'au 22 janvier 1956, date à partir de laquelle la base arrière des H. 19 dans le Constantinois sera transférée à Télergma, le faible nombre d'appareils disponibles ne permet que des missions individuelles ou à deux H. 19, à partir de Oued Hamimin, pour des détachements opérationnels de courte durée à Batna, Tébessa, Guelma, Yussouf et Biskra.
Et cependant: 5 hélitransports de 231 commandos, 16 transports de 41 passagers et 700 kilos de ravitaillement, 7 évacuations sanitaires de 7 blessés et 4 malades seront effectués pour un total de 66 heures 10 de vol opérationnel.

(5) Il faut comprendre que sous cette appellation, sont exclues de ce total les heures de vol consacrées aux trajets aller (et retour) depuis la base-arrière permanente (Oued Hamimin puis Télergma) ou temporaire (Batna-Kenchela-Ferkane) vers la base ou l'aire de décollage pour l'opération.

1.B - Télergma
Bénéficiant de la première livraison en appareils neufs, échelonnée de fin décembre 1955 à début Juin 1956, sur la base-mère de Boufarik, la base-arrière constantinoise de Télergma sera en mesure d'assurer la mise en place de 4 H. 19 le 25 janvier 1956 à Batna pour 1'héliportage de 47 commandos en 6 heures 30 de vol opérationnel, puis d'assurer le soutien "hélicos" de deux opérations très importantes qui se dérouleront l'une, fin janvier-début février, dans les Aurès Némencha, l'autre, fin février début mars, dans le secteur de Bougie.

1.B.1. "Opération X.B." des Beni-Melloul
Pour cette opération, 6 hélicoptères H. 19 de l'E.H.M. 2/57 seront mis en place du 26 janvier au 4 février 1956 sur la base-arrière temporaire de Khanga en soutien des unités de l'Armée de Terre du Groupement Sud des Aurès-Némencha, sous le commandement du Colonel Desjours. Ils recevront, pendant les deux premiers jours, le renfort de trois appareils S. 55 de l'Armée de Terre et de l'Aéronavale basés à Sétif. L'ensemble des appareils sera placé sous le commandement du Cdt Sagot, commandant l'E.H.M. 2/57, leader de formation en vol.

H-19 de l'aéronavale et de l'ALAT

L'opération proprement dite débute le 27 janvier 1956 par un hélitransport important de commandos, amenés par G.M.C. jusqu'à la base avancée d'El Ouljda, d'où six rotations seront effectuées vers la cote 1279.
Les trois joumées suivantes (28,29 et 30 janvier) seront consacrées à de nombreuses missions de ravitaillement en rations et eau, à partir de Khanga, à un ou plusieurs appareils, des unités déployées sur le terrain de l'opération, quelques passagers en profitant pour assurer des liaisons de commandement, l'évacuation sanitaire de quelques blessés et malades bénéficiant du retour à vide des H. 19.
Le 31 janvier
1956 a lieu un second hélitransport important de commandos, vers les cotes 1215 et 1290, suivi le ler février des missions de ravitaillement des unités engagées.
Des hélitransports moins importants de commandos seront effectués, les 2 et 3 février, vers les cotes 1220 et 1290 suivis des ravitaillements indispensables. 
Enfin le 4 février
1956, dernier jour de l'opération, alors que les conditions atmosphériques sont devenues difficiles, un nouvel hélitransport important de commandos très fatigués, aura lieu pour les ramener vers la base avancée d'El Ouljda, où ils retrouveront leurs moyens de transport terrestre.

L'altitude élevée des aires de décollage et d'atterrissage dans cette région des Aurès, exigeait, pour un emport maximum de commandos, de jouer sur le poids d'essence et de laisser au sol, malgré une diminution de la sécurité, les mécaniciens d'équipage. Ces derniers, après avoir pompé (à partir des fûts de 200 litres, avec 1'inusable pompe à main JAPY) et filtré l'essence (avec les indispensables entonnoirs à tamis et peau de chamois), reverseront cette essence, préalablement transvasée dans des jerrycans, dans les réservoirs des H. 19 dont les pilotes effectueront les dernières rotations d'hé1iportage avec une quantité de carburant strictement réduite à la consommation de chaque rotation augmentée de la réserve de sécurité, certaine lumière rouge d'alerte pour réserve entamée s'allumant parfois en fin de rotation.
Contrairement aux consignes de sécurité, les ravitaillements intermédiaires seront effectués, sur ordre du leader de formation, par les mécaniciens au moyen de jerrycans, entre deux rotations pendant l'embarquement des commandos à héliporter, sans arrêt des pales et du moteur.
Pendant les derniers jours de l'opération X.B., la plus grande vigilance s'est imposée aux pilotes pendant la phase délicate du poser dans cette région montagneuse et accidentée, en raison d'un vent fort, de violentes turbulences et parfois de rabattants. Les derniers jours furent marqués par un renforcement du vent, dû au conflit de deux masses d'air, l'une, très froide au Nord, l'autre, très chaude au Sud, et dont l'effet de cisaillement résultant se manifestait précisément en limite Sud des Aurès, à hauteur de la base-arrière de Khanga.
C'est ainsi qu'il fallût, les derniers soirs de l'opération, fixer les hélicoptères au sol grâce aux piquets tire-bouchons, attacher les pales avec les bâches d'extrémité et les cordes spéciales de fixation, bâcher la cabine de pilotage pour protéger les instruments, et enfin demander à l'Armée de Terre de bien vouloir assurer un carré de protection, au moyen de ses camions autour des H. 19, pour prémunir en particulier ces derniers des chocs et dégâts conséquents que causeraient les galets et pierres soulevés par le vent et qui viendraient les heurter de plein fouet.
Et cependant, pilotes et mécaniciens, après avoir sommairement dîné à la roulotte de leurs camarades de l'Armée de Terre, s'être emmitouflés dans tous vêtements et couvertures disponibles, ne purent trouver le sommeil réparateur de leur dure fatigue, tant le crépitement du sable sur les tôles de leur appareil, leur gîte provisoire pendant toute la durée de l'opération, restait important et incessant.

"Action !..."


Bilan de l'opération.
5 missions d'hélitransport de 886 commandos                                            62 heures 35
63 missions de ravitaillement de 27 tormes 400                                          56 heures 40
4 transports de 27 passagers                                                                       3 heures 25
4 évacuations sanitaires sur BISKRA: 4 blessés, 3 malades                          7 heures 00
2 évacuations sanitaires locales: 2 malades, l blessé                                       1 heure 20
                                                                                          TOTAL:         131 heures 00
Il s'agit ci-dessus d'heures de vol strictement opérationnel, hors mise en place. Le bilan aérien global, pour les six H. 19, depuis leur départ de Batna, jusqu'à leur retour à Télergma s'élève à 163 heures 20.

*** UNE PERCÉE NUAGEUSE MÉMORABLE ***


Le 5 février 1956, le Cdt Sagot  reçoit l'ordre de rejoindre la base-mère de Boufarik, avec tous les H. 19 disponibles opérationnels à cette date sur la base-arrière de Télergma. Ces appareils s'y trouvent stationnés depuis la veille au soir, au retour de la grande opération héliportée X.B. des Beni- Melloul dans les Aurès-Nemencha du 25 janvier au 4 février.
Aucune explication n'est donnée pour ce déplacement, sinon qu'il est impératif de l'effectuer dans la journée et ce, dès que possible.
Cinq H. 19 décolleront donc au plus tôt en direction de Boufarik et suivront au départ 1'itinéraire de convoyage habituel par le travers de Sétif vers Bouira et Palestro. Le plafond nuageux n'est pas très élevé, présente des discontinuités et permet, dans un premier temps, de suivre l'itinéraire prévu sans difficulté particulière pour la formation des cinq appareils.
Cependant à la hauteur de Bouira, le passage est bouché vers le Nord et l'Ouest. Il faut profiter d'un large trou pour monter en grandes spirales à 8000 pieds au-dessus de la couche de strato-cumulus et mettre le cap direct sur Boufarik. La formation reste groupée et suit le leader, sans s'inquiéter d'un léger givrage de pales, quelques petits glaçons détachés heurtant les carlingues.
Le commandant de formation, après avoir eu connaissance de ce que le plafond nuageux n'est pas inférieur à 2000 pieds/sol sur Boufarik et Blida décide de faire effectuer la percée de la couche nuageuse par ses appareils.
Une percée sur la mer au nord d'Alger avec retour sur Boufarik risquant de s'avérer trop longue alors que les H. 19 ont déjà effectué plus de trois heures de vol, après s'être fait positionner au-dessus de Chréa, sommet le plus élevé au sud de Blida, le leader donne l'ordre d'une percée individuelle, à deux minutes d'intervalle, au cap 010, moins 500 pieds- minute, 60 noeuds au badin, les appareils tournant en rond avant de prendre leur tour de percée et annonçant uniquement début et fin de la percée par radio.
Tout se passe conformément aux ordres donnés, dans la plus grande discipline, ainsi que le plus grand calme. La couche nuageuse n'est pas turbulente et après les douze ou treize minutes prévues pour la percée, chacun retrouvera sous ses pales, les vignes et les orangeraies de la plaine de Boufarik.
Au G.M.H. sur la Base Aérienne 142, le commandement était plus inquiet, car c'était la première fois au monde que pareille percée était effectuée.

 - Équipages 

 H19 "175" : PCA. Cdt Sagot, P. Lt Cessou, Mec. S/C Poix

 H19 "178" : PCA. S/Lt Liège, P. S/C Ebstein, Mec. S/C Canals

 H19 "609" : PCA. Sgt Thomas, P. Sgt Thomassin, Mec. Sgt Drouot, Sgt Lafont

 H19 "615" : PCA. Sgt Grethen, P. Cne Bourdeau, Mec. Sgt Leval, Sgt Bartheneuf

 H19 "623" : PCA. S/C Renoux, P. Lt Gallier, Mec. S/C Chevillet 


C'est là que le Cdt Sagot apprenait le pourquoi d'un tel ordre impératif de retour. Les H. 19 devaient dès le lendemain matin, participer à l'opération de recherche du déserteur et traître, l'aspirant Maillot, qui était passé à l'ennemi avec un chargement d'armes. L'opération fut annulée par la suite, les recherches ayant abouti par ailleurs.


1.B.2. Missions de transport
Quelques missions de transport de passagers et/ou de ravitaillement seront effectuées au cours du mois de février 1956 individuellement en direction de Sétif, Lacalle, Bone, El-Arrouch, Constantine, El-Milia; à trois appareils vers El-Aria.
Au total, ll passagers et 3 tonnes 150 de fret seront transportés en 28 heures de vol, une évacuation sanitaire étant assurée au retour de l'une des missions, pour 3 blessés vers l'hôpital de Constantine.


1.B.3. Évacuations sanitaires.
Trois évacuations sanitaires spécifiques auront lieu à partir de Télergma pour un total de 10 heures 15 de vol: deux assureront l'évacuation d'El-Milia à l'hôpital de Constantine de 2 malades et 3 blessés, la troisième effectuera le transport d'un malade en poumon d'acier depuis Constantine jusqu'à1'hôpital d'Alger.


1.B.4. Opérations à partir de Batna.
Un détachement de 4 appareils se met en place à Batna le 13 Février
1956, rejoint par un cinquième H. 19 le 15 Février.
Du 14 au 27 Février, ces appareils, réduits à 3 à partir du 18 Février, effectueront de nombreuses et diverses missions qui les verront participer aux opérations de l'Armée de Terre dans les secteurs d'Arris, Tabergda, Zaouia, Seiar, Rahar, Khanga, Biskra, Msab, Bernelle, Kenchella.

Le compte-rendu du Sergent Grethen concernant les missions d'évacuation sanitaire effectuées les 14 et 15 Février 1956 , souligne l'aide efficace, apportée de jour et de nuit, par les équipages de H. 19, à leurs camarades de l'Année de Terre et les nombreux déplacements nécessités pour faire face aux besoins d'évacuation, en limite de chargement des appareils.

COMPTE-RENDU DU SERGENT GRETHEN SUR LES ÉVACUATIONS SANITAIRES LIÉES A L'OPÉRATION DE TABERGDA 

DU 13 AU 15 FÉVRIER 1956.

13 Février 1956: 

Mise en place à ARRIS de 4 hélicoptères H. 19 (178 - 409 - 609 - 623) de TELERGMA à BATNA.


14 Février 1956:

Mise en place des 4 appareils à ARRIS.
Héliportage de 189 commandos sur les cotes 1972 et 2017 à raison de 5 commandos par appareil et par rotation.
L'appareil n° 623 se rend d'ARRIS à TABERGDA pour évacuation sanitaire puis est dirigé sur ZAOUIA ainsi que le 178 ; le 623 évacue 5 blessés graves, le 178 évacue 5 blessés graves et 1 mort, sur BATNA.
Les appareils 409 et 609 sont dirigés d'ARRIS à KENCHELA pour mise en place en vue de 1'opération du lendemain puis déroutés sur TABERGDA.
Le 603 est à nouveau dirigé sur ZAOUIA pour une autre évacuation de 2 blessés graves sur BATNA, 1 mort étant déposé à TABERGDA.
Les appareils 409 et 609 rejoignent BATNA.


15 Février 1956:


Mise en place de trois H.19 (178 - 409 - 623) de BATNA à TABERGDA; le 609 en fin de potentiel, rentre à TELERGMA, il est relevé par le 614, un cinquième H.l9 rejoignant la formation pour participer aux diverses opérations.
Les H_19 178 et 623 se dirigent de TABERGDA à ZAOUIA pour évacuation des blessés et des morts du violent accrochage de la nuit du 14 au 15 Février.
- le 178 évacue 8 blessés sur BATNA et retoume à TABERGDA
- le 623 évacue 6 morts de la 13ème D.B.L.E. sur KENCHELA puis va à TABERGDA
- le 409 transporte le mort, déposé la veille à TABERGDA, sur KENCHELA puis à TABERGDA
- le 623 transporte 2 ofiiciers et 1 interprète arabe à ZAOUIA pour interrogatoire de prisonniers; il retourne à     TABERGDA avec en plus un prisonnier blessé et 1 mort, supposé chef rebelle, transporté ensuite à Zaouia pour vérification de la P.J.                                                                                           
- les 178 et 409 sont mis en place de TABERGDA à KENCHELA pour la poursuite de l'opération.

H.19 n° 178 H.19 n° 409 H.19 n° 609 H.19 n° 623
PCA :  S/Lt Liège

P       :  Sgt Gallier

Mec   :  Sgt Bouisset

PCA :  Cne Leininger

P       :  Sgt Thomassin

Mec   :  Sgt Alamamy

PCA :   S/C Renoux

P       :   S/Lt Beucler

Mec    :  Sgt Drouot

PCA :  Sgt Grethen

P       :  Sgt Rolland

Mec   :  S/C Chevillet

Au cours de ces opérations à partir de Batna et des différentes bases avancées pour la mise en oeuvre opérationnelle des H. 19, seront effectuées:
6 missions d'hélitransport de 477 commandos pour 31 heures 15 de vol strictement opérationnel.
21 missions individuelles de transport de 37 passagers et 3 tonnes 700 de fret pour 10 heures 55 de vol.
6 évacuations sanitaires de 21 blessés, 1 malade et 9 morts pour 8 heures 20 de vol.
Soit, au total, 50 heures 30 de vol strictement opérationnel pour un coût global de 113 heures 40 de vol, incluant les mises en place depuis le départ de Télergma jusqu'au retour sur cette base.
Grâce à l'excellent travail de surveillance et d'entretien fourni par les mécaniciens de bord, les obligeant à travailler parfois de nuit avec des éclairages de fortune, tous les appareils engagés resteront disponibles opérationnels pendant toute la durée du détachement.
H-19 n° 623


1.B.5. "Opération 744" Ouest de BOUGIE 
Dans les diverses opérations mentionnées ci-dessus, l'hélicoptère n'avait été utilisé que comme un moyen de transport, permettant de prolonger, par "l'hélitransport" vers des positions de départ ou de fixation, inaccessibles aux moyens de surface conventionnels, l'acheminement par air des unités de l'Armée de Terre engagées dans telle ou telle opération.
Toute autre sera l'opération 744, première véritable opération héliportée dans l'histoire, qui fera des hélicoptères un incomparable outil d'aéromobilité et de combat au plus près des unités terrestres engagées. Et cet outil se révélera, dès le départ, d'autant plus incomparable dans cette nouvelle orientation tactique, qu'il sera utilisé au profit d'une unité, le 3ème Régiment de Parachutistes Coloniaux (3ème R.P.C.), ultérieurement rebaptisé 3ème Régiment de Parachutistes d'Infanterie de Marine (3ème R.P.I.Ma), qui ne cessera de s'illustrer en Algérie sous les ordres d'un chef prestigieux, le LtC Bigeard, déjà si lourdement chargé par un passé de gloire, qu'il n'en réclamera plus guère qu'une parcelle pour lui-même
(6).
Car il s'agit bien, dès le 22 février 1956, après la mise en place du 3ème R.P.C. dans la nuit précédente sur ses positions de départ ou de fixation, d'un véritable enveloppement vertical, par les H.l9, des objectifs désignés, se terminant par un atterrissage d'assaut sur les terrasses des mechtas, permettant même aux parachutistes largués de cueillir au lit quelques rebelles restés malgré tout endormis, car ils ne suspectaient pas le danger, descendu du ciel par ces "avions à plumes" comme ils dénommaient ces étranges machines qu'ils n'avaient encore aperçues que de loin.

- Équipages

        Pilotes: Cdt Sagot leader de formation, Cne Léger, Slt Liège, S/C Renoux, Sgt Chaussin, Sgt Dessauny, Sgt Gallier, Sgt Leverrier.

        Mécaniciens: S/C Fontana Chef d'équipe, S/C Canals, S/C Dubois, Sgt Bouisset, Sgt Patard, C/C Peron

 - Hélicoptères Sikorsky H.19 n° 174, 175, 178, 408 

 Si les trois journées d'opération, du 22 au 24 février 1956 permettent au 3ème R.P.C. d'afñcher un bilan éloquent: 43 rebelles tués, 96 rebelles locaux arrêtés, 112 armes saisies, sans aucune perte amie, bilan auquel le Commandant du Régiment associera l'action des hélicoptères dans un ordre du jour peu orthodoxe mais très "Bigeard", elles amènent également, de par les enseignements tirés de leur déroulement, à définir une doctrine d'emploi de l'hélicoptère au combat, préfigurant même l'appui aérien qui sera bientôt nécessaire face à la réaction ennemie.

clic sur l'image pour voir un complément d'information


Les pages 236 et 237 de l'ouvrage cité
(6), reproduites ci-dessous, résument de façon frappante cette doctrine à la définition de laquelle sera associé le Cdt Sagot, Commandant 1'E.H.M 2/57, leader de formation pour les hélicoptères engagés dans l'opération et auquel "BRUNO" donnera un peu de sa parcelle de gloire et témoignera son estime par un mémoire de proposition de citation, qui fera prendre conscience au Commandement Air des mérites de tous les équipages "hélicos" au combat.

(6) BIGEARD (Marcel). " Pour une parcelle de gloire " - PARIS : PLON, ( 1975 )

UNE NOUVELLE FORMULE : L'OPÉRATION HÉLIPORTÉE

Je conclurai cette opération en disant:
L'opération héliportée au même titre que l'opération aéroportée est une opération essentiellement combinée "Air-Terre ››, tant dans sa conception que dans son exécution. Elle réclame des conditions identiques, 
- de préparation soignée, conçue dans les menus détails entre le commandant de l'opération et le commandant de la formation héliportée,
- d'exécution tout en souplesse et d'initiative à tous les échelons en adaptant chaque fois la manœuvre aux incidents du combat,
- elle peut, elle doit être essentiellement payante dans les terrains chaotiques non couverts de l'Algérie et du Constantinois en particulier en face d'un adversaire fluide et manœuvrier,
- elle s'avère même comme le seul moyen de surprendre le rebelle, de ne plus le lâcher quand il est découvert et de le détruire,
- il ne faut pas oublier également que l'appui aérien sera bientôt dans un avenir proche, s'il ne l'est déjà, une des conditions indispensables de semblables opérations, tout comme dans une opération aéroportée,
- il doit en faire partie intégrante, dès le moment où le rebelle sera en mesure de parer à cette nouvelle forme d'intervention,
- l'hélicoptère n'est plus seulement un engin de liaison ou d'aérotransport, il est le précieux outil de combat et l'appareil idéal pour l'atterrissage d'assaut,
- l'opération 744, malgré quelques imperfections techniques, a montré toute la valeur de la combinaison judicieuse des moyens terrestres et aériens mis en oeuvre,
- on peut affirmer que pilotes d'hélicoptères et parachutistes ont été séduits par ce genre d'action.
Je me suis un peu étendu sur cette affaire car c'est la première fois que les hélicoptères sont utilisés comme engin de combat. En liaison avec le commandant SAGOT, LENOIR et moi, nous allons rédiger la première doctrine sur l'emploi de l'hélicoptère au combat.

 

Pour les 4 H.19 de l'E.H.M. 2/57 le bilan aérien de l'opération 744 se décompose ainsi :
- 5 missions héliportées de 490 commandos (l'effectif du 3ème R.P.C.) pour 25 heures 15 de vol strictement opérationnel.
- 23 missions individuelles de transport de 62 passagers et 5 tonnes O50 de ravitaillement en 12 heures 15 de vol
- aucune évacuation sanitaire.
Au total 37 heures 30 de vol strictement opérationnel, pour un coût global de 50 heures 40 de vol, incluant mises en place depuis Bougie, déplacements à vide intermédiaires et retour à Bougie.
L'implantation du P.C. "BRUNO" du LtC Bigeard, Commandant le 3ème R.P.C. et l'opération, sur la cote 744, au sommet et au cœur du dispositif balayant 300 km2, explique une consommation relativement faible en potentiel aérien en dépit de nombreux déplacements des hélicoptères pour les missions héliportées de commandos ainsi que pour les transports de passagers et
de ravitaillement directement liés à l'opération.


1.B.6. Opération Akbou - Sedouk 
Après un seul jour de repos à Bougie, également base-arrière des H. 19 depuis le 21 février, le 3ème R.P.C. se met en place à pied, de nuit, comme dans l'opération 744, vers ses positions de départ, pour être prêt pour les premiers héliportages en début de matinée du 27 février.
Tirant profit des enseignements de l'opération 744, le LtC Bigeard, indicatif radio "BRUNO", qui dispose maintenant d'un Bell 47 G, pouvant lui servir de P.C. volant au moment opportun, joue au mieux de l'aéromobilité que lui procurent les H. 19 pour faire face à toute éventualité dans le déroulement de cette nouvelle opération héliportée.
Du 27 février au 2 mars, les héliportages se succèdent à partir de Sedouk, Akbou, Bouanza, Taza... et autres cotes 530, 1178 
Au total pour les trois H. 19 de l'E.H.M. 2/57:
- 6 missions principales héliportées de 801 commandos (une fois et demie l'effectif du régiment) en 39 heures 30 de vol strictement opérationnel.
- 9 missions individuelles de transport de 25 passagers et 1,15 t. de ravitaillement, dans le cadre de l'opération en 4 heures 25 de vol.
- aucune évacuation sanitaire. `
Au total 43 heures 55 de vol strictement opérationnel, pour un coût global de 60 heures 25 de vol, incluant les mises en place à partir de Bougie, déplacements intermédiaires et le retour des appareils à leur base-arrière permanente de Télergma
Le bilan de cette opération qui balayé 250 km2 de zone est encore éloquent: 35 rebelles tués, 4 prisonniers, 30 armes récupérées.

Ici aussi, l'implantation du P.C. "BRUNO" au cœur du dispositif sera facteur d'économie du potentiel aérien des H. 19, alors que trois autres appareils sont engagés dans le secteur de Batna - Kenchela à partir du 23 Février.

 

1.B.7. Quatre mois d'activité opérationnelle intense. 
Disposant dès la fin du mois de janvier de sept appareils, puis de huit dès la fin mars, l'E.H.M. 2/57 connaîtra, dès la fin de février 1956, une période de quatre mois d'activité intense, presque exclusivement consacrée au soutien des forces terrestres dans le Constantinois engagées dans deux secteurs principaux: d'une part les Aurès-Némencha où l'activité rebelle reste très marquée, d'autre part, le secteur Nord-Est du Constantinois où cette activité s'est manifestée dès le début de 1'armée 1956, le secteur Ouest connaissant quelque accalmie après les coups de boutoir du 3ème R.P.C. des opérations 744 et Akbou.
Entre le 23 février et le 2 mars, avec les trois appareils non monopolisés par ce régiment, plusieurs opérations se déroulent à partir de la base avancée de Batna dans les secteurs de BiskraMsab, Mcheneche, Kenchela, Khanga, Soukies et Negrine

Au total 57 heures 15 de vol seront effectuées dont 29 heures 30 de vol strictement opérationnel:
- 8 héliportages de 334 commandos en 24 heures.
- 5 transports de 6 passagers et 800 kilos de fret en 4 heures 40.


1.C. - Opérations dans le Nord Constantinois.
Une première opération, très ponctuelle, est effectuée par trois appareils à partir de Djidjelli le 4 mars.
Au total 24 heures 55 dont 18 heures 25 de vol opérationnel.
- 4 héliportages de 253 commandos en 14 heures 25.
- 4 transports de 2 tonnes 100 de fret en 2 heures 30.
- 1 évacuation sanitaire d'un blessé en 1 heure 30. _
Deux autres opérations ponctuelles ont également lieu dans la première quinzaine du mois de mars, l'une à partir de Guelma dans le secteur de Villars avec un seul H. 19, l'autre également à partir de Guelma, avec deux appareils, dans les secteurs de Lamy, Duvivier, Oued-Soudan.
Au total 48 heures 10 de vol dont 36 heures de vol opérationnel pour:
- 4 héliportages de 428 commandos en 26 heures 30.
- 12 transports de 21 passagers et 5,6 t. de fret en 9 H 30.
Deux H.19 effectuent du 27 au 29 mars, à la disposition du LtC Bigeard, dont le P.C. "BRUNO" installé à la cote 1263 reçoit la visite du Général Beaupré et des journalistes, une série de missions à partir de Guelma, Duvivier, Laverdure et de la cote 1263 pour un total de 21 heures 05 de vol dont 13 heures 30 de vol opérationnel:
- 3 héliportages de 130 commandos en 8 heures 20.
- 15 transports de 32 passagers et 4 tonnes de fret en 5 heures 10.
Les deux appareils rejoignent Bône en fin de mission pour retrouver quatre autres H.19 de leur unité, l'E.H.M. 2/57, en vue d'une nouvelle opération d'envergure avec le 3ème R.P.C. aux ordres de "BRUNO".

 1.C.1 - Opération Bône - Lac Fetzara 
Pendant toute le durée de l'opération, du 29 mars au 2 avril, six H.19 seront maintenus en disponibilité opérationnelle, tout appareil en limite de potentiel étant systématiquement remplacé grâce au travail soutenu et efficace des mécaniciens au sol de la S.V.R. avancée implantée sur la base-arrière de Telergma, certains travaux de maintenance étant même effectués de nuit pour qu'un appareil
entrant en révision en fin de soirée puisse repartir à l'aube dès le lendemain vers de nouvelles missions.
Les neuf appareils détachés dans le Constantinois en fin Mars 1956, soit la dotation totale de l'E.H.M.2/57 à cette époque, auront tous participé, en totalité ou en partie, à cette opération du Lac Fetzara.
Tenant compte des opérations précédentes dans le secteur de Bougie, utilisant au mieux et immédiatement toute information, le LtC Bigeard tirera le plus grand avantage de l'aéromobilité que lui procurent les H.19 pour balayer le maximum d'espace, déployer ses unités en fonction du terrain et de l'adversaire, contrer toute initiative rebelle. Certes, il demandera beaucoup aux "hélicos" qui pendant ces cinq journées connaîtront, en plus de la tension et de la fatigue dues aux nombreuses sorties aériennes, des conditions de couvert et de gîte plus que rudimentaires, y compris deux nuits passées sur les civières des cabines passagers en pleine nature.
Mais conscients de l'enjeu et comprenant de mieux en mieux les aléas de la situation au sol, pilotes et mécaniciens apporteront aux parachutistes du 3ème R.P.C. un soutien de plus en plus efficace, le summum en étant atteint lors de l'action combinée amenant la destruction d'un élément rebelle quand, le ler avril, en fin d'après-midi, les "hélicos" effectuèrent une noria incessante de débarquements et d'embarquements autour de cet élément, sous l'œil admiratif de "BRUNO", certain mécanicien descendant même de son H.19 pour effectuer le coup de feu avec ses camarades paras du peloton de choc du régiment chargés de la mise hors de combat des rebelles.
 - - Déroulement de l'opération.
* Le 30 mars, six H.19 assurent, depuis Bône puis de Nechmeya, des héliportages de commandos pour s'assurer de la maîtrise des points stratégiques: cotes 715, 578, 975; quelques missions individuelles de ravitaillement sont également effectuées.
* Le 31 mars ils assurent le renforcement de quelques unités aux cotes 578 et 975 et quelques missions de transport de passagers et/ou de ravitaillement, sept H.19
(7) participant à ces missions.
* Le ler avril, les sept H.19 qui ont passé la nuit à Nechmeya, effectuent une nouvelle opération héliportée importante à partir de cette dernière base avancée vers les cotes 981 et 578, ainsi que quelques ravitaillements; puis en fin d'après-midi, a lieu la "noria" évoquée ci-dessus. Quatre H.19 rentrent à Guelma, deux H.19 restent à Millesimo, un H.19 rentre à Télergma en fin de
potentiel.
* Le 2 avril, deux H. 19 renforcent la cote 981 en commandos et ravitaillement avant retour du 3ème R.P.C. vers sa base-arrière momentanée de Bône. Les deux H.19 rentrent à Guelma en fin de mission.


(7) Grâce aux eflorts des mécaniciens de la S.V.R. avancée de Télergma, sept H. 19 pourront participer aux missions des 31 mars et ler avril.

                2 mécanos,              Jerome,                 Patard,      Rolland.
 - Équipages  

 H19 "174" : PCA. Cdt Sagot, P. S/Lt Liège, Mec. S/C Fontana

 H19 "178" : PCA. Sgt  Nozet, P. Sgt Chaussin, Mec. S/C Poix 

 H19 "179" : PCA. Lt  Saliou, P. S/C Renoux, Mec. Sgt Alamamy

 H19 "180" : PCA. Sgt  Jerome, P. Sgt Muzio, Mec. C/C Peron

 H19 "181" : PCA. Sgt  Dessauny, P. Sgt Patard, Mec. Sgt Prophète

 H19 "408" : PCA. Sgt  Leverrier, P. Sgt Rolland, Mec. C/C Cerri

 H19 "182" : PCA. Sgt  Papin, P. S/Lt Beucler, Mec. S/C Chevillet

 H19 "177" : PCA. Sgt  Thomas, P. Sgt Carpentier, Mec. Sgt Gautherot

 H19 "175" : PCA. Lt  Saliou, P. S/C Renoux, Mec. S/C Canals

 Mécaniciens supplémentaires :  Sgt Escalier (radio), Sgt Vichnevsky

 

 

le "177" en mission

 - - Bilan de l'opération.
Pour les six puis sept H.19 de l'E.H.M. 2/57 le bilan aérien de l'opération "Lac Fetzara" se décompose ainsi:
- 4 missions héliportées principales et 2 secondaires de 687 commandos (plus d'une fois l'effectif du 3ème R.P.C. ) en 53 heures 30 de vol.
- 21 sorties individuelles pour le transport de 20 passagers et 9,2 t. de fret en 11 heures O5 de vol.
Le bilan aérien global pour tous les H.19 ayant participé à l'opération s'élève à: 97 heures de vol dont 64 heures 35 de vol strictement opérationnel, depuis la mise en place à Bône à partir de Guelma ou Télergma, jusqu'au retour le 2 Avril à Guelma ou Millesimo en vue de la mise en place le 3 avril au matin pour l'opération suivante.

 

Djebel Ougrine, le Cdt Sagot et le Colonel Battesti élaborent leur plan.

 1.C.2 - Opération Montesquieu - Djebel Ougrine
Les six H.19: en place à Guelma, quatre appareils, et à Millesimo, deux appareils, rejoignent Montesquieu au matin du 3 avril pour effectuer une mission héliportée qui doit leur faire déposer les commandos du l52ème R.I.M. sur la cote 732 du Djebel Ougrine afin d'occuper un point haut stratégique dans le déroulement de l'opération.
Pour une opération ponctuelle, ne durant que quelques heures, le bilan au sol, obtenu par des fantassins non aguerris, pour la plupart des appelés du contingent effectuant leur première mission héliportée, est des plus satisfaisants:
- 12 rebelles abattus, 12 suspects arrêtés, 3 fusils, 2 pistolets mitrailleurs, 4 pistolets; cartouches et chargeurs.
Le bilan aérien des 6 H. 19 de l'E.H.M. 2/57 se décompose ainsi:
- pour la mission hélipoitée principale et les héliportages secondaires de 342 commandos : 18 heures 05.
- pour les 3 sorties individuelles de transport de 9 passagers et 850 kilos de ravitaillement 11 heure 35.
- pour l'évacuation sanitaire de 2 blessés : 1 heure 10
Le bilan aérien global des six H.19 ayant participé à cette opération dans la journée du 3 avril 1956 s'élève à 36 heures 05 de vol, dont 20 heures 50 de vol strictement opérationnel, depuis la mise en place à Montesquieu à partir de Guelma et Millesimo jusqu'au retour à Télergma leur base-arrière du Constantinois, où un seul jour sera accordé aux pilotes et mécaniciens pour leur repos et la remise en condition opérationnelle des appareils. Car dès le 5 avril, six H.19 rejoindront Tébessa pour des missions dans les Aurès, où la pugnacité rebelle se révèle chaque jour plus aiguë, contre les unités terrestres et les hélicoptères.

 
Sgt Jean Patard                                           H-19 n° 174 du Cdt Yves Sagot                 
- Équipages  

 H19 "174" : PCA. Cdt Sagot, P. S/Lt Liège, Mec. S/C Fontana

 H19 "175" : PCA. Lt  Saliou, P. S/C Renoux, Mec. S/C Canals

 H19 "177" : PCA. Sgt  Thomas, P. Sgt Carpentier, Mec. Sgt Gautherot

 H19 "180" : PCA. Sgt  Leverrier, P. Sgt Muzio, Mec. C/C Peron

    H-19 n°181:      Patard,        Dessauny,         Prophète                                  

 H19 "181" : PCA. Sgt  Dessauny, P. Sgt Patard, Mec. Sgt Prophète

 H19 "182" : PCA. Sgt  Papin, P. S/Lt Beucler, Mec. S/C Chevillet

 Mécanicien supplémentaire :  Sgt Escalier (radio)

 1.C.3 - Autres opérations dans le Nord Constantinois
Après l'opération du
Djebel Ougrine, dans le secteur de Montesquieu, le 3 avril 1956, l'E.H.M. 2/57 verra son activité et ses appareils partagés entre le Nord Constantinois, les Aurès-Nemencha et l'Ouest Contantinois. C'est pourquoi, dans le Nord Constantinois, la participation des H.19 aux opérations terrestres sera limitée au soutien aérien procuré par 1, 2, 3, et exceptionnellement 4 appareils, cette limitation étant également due à la réduction de la dotation réelle de l'unité, deux appareils étant accidentés: l'un, le 30 avril 1956, ne reviendra, après réparation, qu'en Janvier 1958; l'autre sera détruit le 31 Mai 1956.
Ces deux H.19 seront remplacés par des appareils neufs dans la première quinzaine de juin 1956, autorisant ainsi des opérations à quatre hélicoptères dans le Nord.
Douze opérations, pour des détachements de un à trois jours à partir de la base-arrière de Télergma sont à porter à l'actif de l'unité dans le Nord Constantinois pendant les trois mois d'avril à juin 1956.
Elles auront lieu successivement dans les secteurs:


          (H.19 n°174)                                 (H.19 n°174, 177, 181)                                    (H.19 n°178, 180, 181)

           9 au 11 avril                                        12 au 14 avril                                                     17 au 19 avril
       El Milia - Collo                                 Guelma - Gounod                                        Bougie - Oued Amizour


  (H.19 n°174, 177, 181, 182)                  (H.19 n°174, 175, 179)                                     (H.19 n°174, 179, 180)

            20 au 23 avril                                         01 au 03 mai                                                     06 et 07 mai
          Bône - Le Tarf                              Souk Arras - Duvivier                                  Philippeville - Praxbourg


        (H.19 n°174, 179)                                  (H.19 n°174, 179, 180)

            13 au 15 mai                                              19 au 21 mai
          Guelma - Drea                     Guelma - Villars - Nechmeya - Duvivier


           (H.19 n°178)                                 (H.19 n°174, 178, 179, 181)                           (H.19 n°174, 175, 177, 179)

               26 mai                                                       31 mai                                                                13 juin
        Guelma -Villars                                              Redjas                                                            Laverdure


  (H.19 n°174, 175, 947, 957)

               28 et 29 juin
          
        El Milia

Le Commandement en vol des fornations de H.19 a été assuré par :
S/Lt Alix, S/Lt Liège, Lt Gallier, Cne Bourdeau, Lt Saliou, Cne Léger

 1.D - Opérations dans les Aurès - Némencha.
Pendant les quatre mois d'activité intense de l'unité, du début mars à la fin de Juin 1956, 18 opérations avec participation des H. 19, auront lieu dans les Aurès - Nemencha, région particulièrement diñicile pour les hélicoptères en raison d'un relief élevé et tourmenté et des réactions d'un adversaire particulièrement pugnace qui n'hésite plus à tirer sur ces appareils qui représentent pour lui le danger,
voire une mise hors de combat rapide.
De ces 18 opérations: 5 mettront en oeuvre deux H. 19, 4 utiliseront trois H. 19, 4 apporteront le soutien de quatre H. 19 aux forces terrestres, enfin 5 opérations rassembleront la totalité des appareils, cinq à sept, disponibles opérationnels dans le Constantinois pour des opérations terrestres de grande envergure dans les secteurs d`Arris, Tabergda, Kenchela, Seiar Telidjen où des combats particulièrement violents se traduiront par des pertes amies sensibles.
Alors que dans la région Nord Constantinois pour les 12 opérations de mars à juin, les besoins en évacuation sanitaire avaient été très faibles, ils seront ici beaucoup plus importants, non seulement par 1'accroissement du nombre d'opérations, porté à 18, mais surtout par la fréquence des accrochages.
De même, le nombre de transports de passagers et de ravitaillement en vivres et munitions, dans les lieux où seul l'hélicoptère peut les assurer, sera de loin très supérieur.
Le Commandement en vol des formations de H. 19 a été assuré par:
Lt Saliou, Cdt Sagot, Cne Léger, Lt Dangeard, Cne Bourdeau, Lt Cessou, S/Lt Liège.
Le "179" sur la B.A. 142 à Boufarik, aux commandes Louis Dufeu.

Le 23 mars 1956 le H.19 n° 179, équipage: PCA. Cdt Sagot, P. Sgt Nozet, Mec. Sgt Alamamy, est touché par tir rebelle de calibre 7,52 m/m au cours d'une évacuation sanitaire dans la région de Ferkane.
Le 28 avril, dans le secteur de Seiar, au cours de 1'opération héliportée de Bou Takadane avec la 13ème Demi-Brigade de Légion Étrangère, deux H. 19 sont atteints par tir rebelle lors d'un violent accrochage.

 1.E - Opérations dans l'Ouest Constantinois.
Les opérations terrestres monopolisant pratiquement tous les H-19 disponibles dans le Constantinois Nord et les Aurès-Nemencha, peu d'appareils seront mis en oeuvre dans l'Ouest Constantinois. Il faut cependant noter:
* 2 H-19, dans le secteur de Sétif-Tocqueville les 13 et 14 mars: 72 commandos héliportés en 5 heures de vol,
12 passagers transportés en 2 heures de vol soit 7 heures de vol opérationnel pour un bilan aérien global de 12 heures de vol.
* 3 H-19, dans le secteur d'Akbou du 28 au 30 mai: 140 commandos héliportés en 14 heures 40 de vol opérationnel pour un bilan aérien global de 27 heures 40 de vol.
* 3 H-19, dans le secteur de Sétif - Lafayette du 31 mai au 5 juin: 166 commandos héliportés en 15 heures 15 de vol,
30 passagers et 8,9 tonnes de fret transportés en 26 heures 10; 3 blessés et 3 morts évacués en 3 heures 25 de vol soit 44 heures 50 de vol opérationnel pour un bilan aérien global de 54 heures 50 de vol.
Il faut également noter que 4 H-19 partis de Télergma, leur base-arrière, iront opérer du 5 au 9 juin, à Tizi - Ouzou, Dra El Mizan, et Haussonvilliers en Kabylie, avant de retoumer dans le Constantinois :
121 commandos héliportés en 8 heures 05 de vol, 5 passagers transportés en 1 heure 10 de vol, soit 9 heures 15 de vol opérationnel pour un total de 40 heures, déplacement coûteux en potentiel, le seul aller retour consommant plus de 5 heures par appareil détaché.

 

Constantinois : réveil après une nuit à la belle étoile...


 
1.F - Opérations ponctuelles à partir de Télergma.
Il s'agit d'opérations de courte durée: missions spécifiques d'évacuation sanitaire, de transport de passagers et/ou de fret en dehors des opérations, exceptionnellement missions héliportées:
* 30 missions d'évacuation sanitaire de 76 blessés, ll malades et 17 morts en 54 heures 15, les principales dans les secteurs de Souk-Arras, Msila et surtout Bou Hamama et Redjas après de violents accrochages.
* 18 missions de transport de 78 passagers et 6 tonnes 600 de fret en 58 heures de vol.
* 7 opérations héliportées à Oulad, Redjaz, Jemmapes, Grarem, Catinat, Medjana, Tamentout, mettant en oeuvre successivement: 2 H.l9 les 16 et 17 mars, 3 H.l9 le 15 avril, 3 H.l9 le 16 avril, 6 H.l9 le 24 avril, l H.l9 le ler mai, 2 H.l9 le 5 mai, et 4 H-19 le 11 juin, ces appareils se trouvant momentanément disponibles opérationniels à Télergma entre deux missions au Nord ou au Sud. L'effort consenti au cours de ces diverses missions est également très important:
* 1275 commandos héliportés en 65 heures 55 de vol
* 48 passagers et 1 tonne 100 de fret transportés en 6 heures 30
* 22 blessés, 2 malades et 1 mort évacués en 8 heures 10 de vol
soit un bilan aérien global de 80 heures 35 de vol opérationnel pour 114 heures totales de vol.

                            Dessauny,           Briot
 

2 - Algérois - d'août 1955 à juin 1956 
Pendant cette période aucun détachement opérationnel ne sera mis en place, la mission de l'unité étant d'assurer en priorité le maintien du maximum d'appareils disponibles opérationnels dans le Constantinois.
L`E.H.M. 2/57 n'effectue que quelques missions ponctuelles avec des appareils en attente ou en sortie de révision, ou des appareils volant avec des réserves techniques n'affectant pas cependant la sécurité.
* en octobre 1955 : 1 évacuation sanitaire d'un blessé
                               1 transport de hautes personnalités avec 3 H-19 pour un total de 9 heures 50 de vol pour 6 heures 55 de vol opérationnel.
* en novembre : 1 évacuation sanitaire de 3 blessés pour 3 heures 15 de vol opérationnel.
* en décembre ' néant.
* en janvier 1956, I'unité participe, avec l'E.H.M. 3/57 a une opération de récupération d'une patrouille dans le secteur de Palestro 

Secteur ou l'activité est importante. Le 18 mai 1956, une patrouille de rappelés du 9éme R.I.C. tombera dans une embuscade tendue par une bande d'une centaine de hors la loi, menée par le sergent déserteur Ali Khodja. Un survivant blessé sera récupéré dans une grotte par les paras.

   Du 3 au 6 janvier, les missions suivantes seront effectuées; avec 2 puis 3 H. 19 :
- 3 héliportages de 129 commandos en 6 heures 50.
- 3 transports de 26 passagers dont 18 C.R.S. et 5 gendarmes, 3 chiens et 250 kilos d'essence en 50 minutes de vol
- 3 évacuations sanitaires de 3 blessés sur Alger, l soldat évacué et 1 mort sur Tizi-Ouzou en l heure 15, soit 8 heures 55 de vol opérationnel pour un total de 17 heures 55.
* en février, 6 heures de vol opérationnel pour un total de 17 heures 50 de vol sont consacrées à:
- 1 héliportage de 30 commandos depuis Tizi-Ouzou par 5 H-19 ( un retour momentané de ces appareils du Constantinois les rendant disponibles à Boufarik ), pour 1 heure 45 de vol opérationnel.
- 1 hélitransport de ravitaillement de Bouira vers Tikdja, au total 2 tonnes 500 en 4 heures 15 de vol opérationnel.
* en mars 1 H-19 transporte 6 passagers et 150 kilos de fret en 55 minutes de vol opérationnel au profit du secteur de Tizi-Ouzou  pour une durée totale de 1 heure 45 de vol.
* en avril : néant.
* en mai 2 H-19 effectuent dans le secteur de Villars-Molière une opération héliportée dans l'Ouarsenis :
- hélitransport de 89 commandos en 5 heures 25
- transport de 2 passagers, l blessé et 450 kilos de fret en 0 H 25 Soit 5 heures 50 de vol opérationnel.
  1 H-19 effectue à partir de Palestro les missions suivantes:
- hélitransport de 69 commandos en 2 heures 55
- transport de 4 passagers en 0 heure 20
- évacuation sanitaire de 4 blessés et 1 malade sur Alger en 0 H 25 soit 3 heures 40 de vol opérationnel.
Le total de mai s'élève à 9 heures 30 de vol opérationnel pour 16 heures 25 de vol.
* en juin : néant.


 - JUILLET 1956 A TELERGMA - FIN D'UN LONG DÉTACHEMENT.
* Une grande opération mettant en oeuvre des moyens terrestres importants de la 7ème D.M.R. va se dérouler du 3 au 8 juillet dans les secteurs de Duvivier, Villars, Lamy, Lapaine, Clauzel.
4 H-19 seront maintenus en permanence opérationnelle pour effectuer les missions suivantes:
- six héliportages de 1055 commandos en 58 heures 30 de vol
- transport de 39 passagers et 3 tonnes 800 de fret en 14 heures 50
soit 74 heures 25 de vol strictement opérationnel pour un bilan aérien global de 125 heures 15 pour cette opération.

* Une seconde opération, de moindre importance, dans les secteurs de Redjas, M'Sala, Philippeville, Oumtoub, Beni Ourtilane monopolisera 5 H-19 les 14 et 15 juillet 1956 pour :
- deux héliportages de 316 commandos en 23 heures 35 de vol
- transport de 8 passagers et 450 kilos de fret en 1 heure 40 de vol
- évacuation sanitaire de 3 blessés et 2 malades en 1 heure 05 de vol
soit 25 heures 15 de vol strictement opérationnel pour un bilan aérien global de 42 heures pour cette opération.

Beni Ourtilane

***

 Au retour de cette opération héliportée, le 15 juillet 1956, une collision en vol au cours de la manœuvre d'atterrissage sur la base de Télergma causera la perte de deux pilotes et la destruction de deux appareils. Un mécanicien sera blessé légèrement lors de l'accident. Les quatre appareils encore détachés à Télergma rentreront à la base-mère de Boufarik les 21, 26, et 30 juillet 1956.

(Pour voir le récit de l'accident, clic sur la photographie)

***

* 1 H-19 le 17 juillet dans le secteur de Batna Ngaoud, 2 H-19 le 20 juillet dans le secteur de Guentis, enfin 1 H-19 le 25 juillet dans le secteur de Ras el Euch auront effectué:
- l'héliportages de 157 commandos en 8 heures 25 de vol
- le transport de 9 passagers et 950 kilos de fret en 2 heures 30
- l'évacuation sanitaire de 4 malades en 1 heure de vol
soit 11 heures 55 de vol strictement opérationnel pour un bilan aérien global de 22 heures 30 pour ces trois opérations.
* Au cours du mois juillet seront également accomplies:
- cinq évacuations sanitaires spécifiques de 9 blessés et 2 malades en 9 heures 40 de vol strictement opérationnel pour un bilan aérien global de 14 heures 15 de vol, la dernière ayant lieu le 29 juillet et marquant la fin de l'activité opérationnelle de l'E.H.M. 2/57, dans le Constantinois où, dès le 2 juillet, sont apparus les H-34, de l'Escadron d'Hélicoptères Lourds 1/58, sous les ordres du
Cdt Sagot. Ces derniers appareils, aux possibilités d'emport nettement plus élevées, surtout en région montagneuse, supplantant les braves H-19 dans les missions héliportées.

à Tizi Ouzou le S/C Renoux au repos sur une civière
2.A - Activités dans l'Algérois de juillet à octobre 1956.
Retrouvant quelques appareils, sortis de réparation ou rentrés du Constantinois, la base-mère de Boufarik va connaître un léger regain d'activité pendant cette période. Cette activité peut être résumée dans le bilan aérien suivant:
* en juillet: 
- 4 héliportages de 49 commandos en 4 heures 25 de vol
- 8 transports de 25 passagers et 1,45 t. de fret en 22 heures 05
- 3 évacuations sanitaires de 8 blessés en 5 heures 30
soit 30 heures 35 de vol strictement opérationnel pour un total de 38 heures 10 de vol, l'activité opérationnelle étant surtout celle d'un H-19 détaché à Tizi Ouzou à partir du 18 juillet.
* en août: 
- héliportage de 137 commandos en 11 heures 25 de vol
- transport de 55 passagers et 2,15 t. de fret en 11 heures
- évacuation de 5 blessés et 1 malade en 4 heures 50 dans le cadre d'opérations héliportées.
- évacuations sanitaires spécifiques de 5 blessés en 3 heures 25
- transports spécifiques de 13 passagers en 8 heures 25
* en septembre:
- évacuations sanitaires spécifiques de 7 blessés et 3 morts en 9 heures 30
- transports spécifiques de 11 passagers en 5 heures 15.
* en octobre: 
- héliportage de 149 commandos en 12 heures de vol
- transport de 47 passagers en 11 heures 15
- évacuation de 17 blessés et 2 morts en 14 heures
A la fn du mois d'octobre 1956, compte-tenu des pertes d'appareils et des cessions effectuées au profit de l' "Escadrille-soeur" l'E.H.M. 3/57, l'E H M 2/57 ne disposera plus que de trois appareils.
Le 31 octobre 1956 le G.M.H. 057 est dissous pour donner naissance à deux Escadres: E.H. n°2 à Oran, E.H. n° 3 à Boufarik, entre lesquelles seront répartis tous les hélicoptères en dotation au G.M.H. 057Bell 47 G , H. 19 , H. 34.


 - Activité aérienne globale - Disponibilité des appareils

Du ler août 1955 au 31 octobre 1956, l'Escadrille d'Hélicoptères Moyens 2/57 effectuera 4209 heures 45 de vol, soit 48 heures 25 par appareil et par mois, bien au-dessus du taux sur lequel étaient basés les tableaux d'effectifs de l'unité et son soutien technique au sein de la S.V.R. du G.M.H. 057.
Sur ce total, 3111 heures 05, soit les 3/4 de l'activité globale, seront effectuées dans les divers détachements opérationnels, en presque totalité pour le Constantinois.
Cette activité, liée à la disponibilité des appareils, a présenté trois périodes:
* Du ler août 1955, date de la création de l'unité, à la fin janvier 1956, avec les huit premiers appareils vieillis dans l'U.S. ARMY et sans ravitaillement en rechanges, rendant les indisponibilités longues et fréquentes, l'activité de l'E.H.M. 2/57, essentiellement consacrée au maintien de trois à quatre H. 19 en détachement opérationnel dans le Constantinois ne totalisera pour ces six mois que 721 heures 25 de vol soit 23 heures 25 par appareil et par mois, dont 447 heures 05 pour le Constantinois, ~ 120 heures étant utilisées par ailleurs par la base-mère de Boufarik en décembre et janvier à la transformation opérationnelle des pilotes issus des diverses écoles civiles de formation, la Division d'Instruction Hélicoptères, sous les ordres du Capitaine Santini, n'étant créée qu'en janvier 1956.

Détente dans la salle de repos.

 

Du ler février au 31juillet 1956, avec huit appareils neufs, sortis des chaînes de montage, sous licence Sikorsky, de la S.N.C.A.S.E., tout autre sera le rythme d'activité de l'unité. Pendant ces seuls six mois, 3003 heures 10 de vol sont effectuées avec un taux impressionnant de 66 heures 45 par appareil et par mois. Pour la seule région du Constantinois le total d'utilisation s'é1ève à 2626 heures, soit 87 % de ce total. Les heures de vol strictement opérationnel s'élèvent dans cette région à 1887 heures 45 soit 71 %, pourcentage excluant les mises en place et retour depuis la base-mère et les bases avancées d'opération. Un tel pourcentage favorable s'explique par la situation relativement centrale de la base-arrière de Télergma entre la côte méditerranéenne au Nord, les contreforts des Aurès-Nemencha au Sud, la frontière algéro-tunisienne à l'Est et la Grande Kabylie à l'Ouest.
S'afiirme également de plus en plus chez les commandants d'unités terrestres le souci d'implanter leur base héliportée au cœur de l'opération, diminuant ainsi la consommation de potentiel aérien, pour le réserver, pour la plus grande part, aux seuls déplacements opérationnels.
* Du ler août au 31 octobre 1956, la dotation effective de l'unité, suite à la perte de deux appareils le 15 Juillet et à la cession de trois H. 19 à 1'E.H.M. 3/57, tombe à cinq puis à trois appareils. D'où une chute brutale d'activité: 485 heures 10 pour ces trois mois avec cependant un taux d'utilisation encore élevé de 44 heures 05 par appareil et par mois.
L'E.H.M. 2/57 ne maintient plus de H.19 dans le Constantinois pendant cette période et, hormis un appareil détaché en Kabylie, toute l'activité est effectuée depuis la base-mère de Boufarik, pour quelques opérations héliportées dans l'Algérois, mais principalement pour la transformation opérationnelle des nouveaux pilotes qui seront affectés soit à la 2/57, soit à la 3/57, cette
dernière escadrille quittant Boufarik pour Oran le ler novembre 1956.
                                                                                                *****
Du ler août 1955 au 31 octobre 1956, le bilan aérien global affiche les chiffres impressionnants suivants pour l'ensemble des opérations héliportées; effectuées en presque totalité dans le Constantinois:
- héliportage de 16 796 commandos
- transport de 1 095 passagers et 160 t de fret
- évacuation de 288 blessés, 27 malades et 60 morts.
auxquels il faut ajouter pour les hélitransports et évacuations sanitaires spécifiques, hors opérations héliportées:
- transport de 124 passagers et 12,4 t de fret
- évacuation de 107 blessés, 16 malades et 20 morts.
                                                                                                 *****
Si les équipages de l'E.H.M. 2/57, pilotes et mécaniciens de bord peuvent être fiers d'un tel bilan, ils ne sauraient oublier qu'ils en sont redevables au travail des mécaniciens au sol, à la S.V.R. avancée de Télergma, ou à la S.V.R. de la base arrière de Boufarik, maintenant, malgré la complexité du travail sur "hélico" et les difficultés du ravitaillement en rechanges, leurs H. 19 en disponibilité
opérationnelle pour le soutien de leurs camarades de l'Armée de Terre qui en avaient tant besoin.

 

 

 -  DOTA'I`ION
Les H-19 présents en Algérie le 31 octobre 1956 sont répartis entre les deux Escadrilles d' Hélicoptères Moyens:
- L' Escadrille d' Hélicoptères Moyens 2/57 (E.H.M.2/57 ) intégrée dans l'Escadre d'Hélicoptères N° 3 (E.H. 3 ) le ler novembre 1956 à Boufarik.
- L' Escaclrille d' Hélicoptères Moyens 3/57 (E.H.M.3/57 ) intégrée dans l'Escadre d'Hélicoptères N° 2 (E.H. 2 ) le ler Novembre 1956 à Oran.
La répartition entre les deux escadrilles est faite en tenant compte du vieillissement des appareils et du stationnement préalable de certains d'entre eux dans les détachements opérationnels que la 3/57 maintenait auparavant a Oran et Tlemcen.
L' E.H.M. 2/57 ne dispose, au ler novembre 1956, que de cinq appareils opérationnels, renforcés en cours de mois par deux H-.19 rétrocédés par la 3/57.


 - PERSONNELS
 La 2/57 dispose au ler novembre 1956 des personnels pilotes indispensables à l`exécution des missions qui lui sont demandées. L'état-major de l'escadre qui a bénéficié, au cours des mois de septembre et octobre, d'une transformation opérationnelle consécutive à la formation initiale dispensée à Chambéry, participe aux missions de l'unité.
Les anciens mécaniciens navigants de l'escadrille ont été progressivement relevés. La plupart des mécaniciens effectuant les missions opérationnelles à bord des H. 19 sont frais émoulus de la Base École de Rochefort. lls se feront tous remarquer par leur ardeur au travail et leur esprit d'équipe, les faisant rapidement adopter au sein des équipages.

Ah ! La mécanique...

 

Le Capitaine Chevallier assure le commandement de 1' E.H.M. 2/57 du ler novembre 1956 au 31 mai 1957. Lui succéderont le Capitaine Le Goff du ler juin au 31 octobre 1957, puis le Capitaine Lassus du ler novembre l957 jusqu'à la dissolution de l'unité le 15 septembre 1959.


 - MISSIONS OPÉRATIONNELLES
1. Missions d'héliportage de commandos (1), la capacité d`emport variant de 4 à 7 commandos, compte-tenu de l`altitude et de la température des zones de décollage et de poser, du poids d'essence nécessaire pour la durée du vol prévue sans ravitaillement intermédiaire, du poids des commandos armés et équipés.
2. Missions d'hélitransport de fret et/ou de passagers. ces missions pouvant être effectuées en soutien des unités héliportées   (ravitaillement en eau et rations, parfois munitions et armement, courtes liaisons entre P.C. de l'opération et unités déployées ) ou constituer des missions spécifiques de transport ( inspection de commandement, tournées de personnalités, déplacements de spécialistes, ravitaillement de postes isolés ).
3. Évacuations sanitaires de blessés et malades, le H.19, avec une capacité d'emport plus élevée ( jusqu'à 6 blessés et malades ) et une possibilité de vol de nuit, venant compléter et prolonger l'action du Bell 47 G dans ce type de mission.
4. Très exceptionnellement missions de reconnaissance et de poste de commandement en vol, le ou les observateurs, en cabine cargo, n'ayant qu'un champ de vision très réduit comparé à celui offert par la bulle du Bell 47 G puis ã partir d`Avril 1957 par l' Alouette II. 

La formule d'un H-19 "Corsaire" avec 4 Commandos Air tireurs avec arme individuelle automatique pour la protection d`héliportage et poursuite éventuelle des rebelles fuyards sera très vite abandonnée, se révélant finalement peu adaptée à cette utilisation. Il faudra attendre l'arrivée du H-34 armé, (conçu par le Colonel Brunet et réalisé grâce à son obstination face aux diverses réticences du commandement) pour contrer efficacement la menace rebelle lors des héliportages de commandos.


 - DÉTACHEMENTS OPÉRATIONNELS
En raison du faible nombre d'appareils dont dispose 1' E.H.M. 2/57, il n'y a pas, pendant la période ici étudiée, d'implantation permanente de H.19 au profit de telle ou telle zone pour les diverses missions ci-dessus définies. Les appareils sont éventuellement détachés pour quelques jours auprès de bases-arriere dans la zone Ouest Algérois ( Orléansville, Cherchell, Miliana ) la zone Sud Algérois ( Médéa, Aumale, Bou Saada ) et la zone Est Algérois ( Tizi Ouzou, Bouira, Palestro ), la proximité de Boufarik permettant de couvrir sans relais les activités dans la zone Nord Algérois. Ce n'est qu'exceptionnellement que les appareils stationneront auprès de P.C. opérationnels installés au cœur d'un dispositif terrestre en plein djebel, en particulier en soutien du 3ème R.P.C. dans l'Atlas Blidéen.

Briefing...?...

 

 - ACTIVITÉ AÉRIENNE GLOBALE - DISPONIBILITÉ DES APPAREILS

Du ler novembre 1956 au 31 mars 1958, l' Escadrille d' Hélicoptères Moyens 2/57 effectue 4 643 heures de vol, soit 39 heures 20 par appareil et par mois, avec en moyenne 7 appareils disponibles opérationnels au cours de ces 17 mois d'une activité ( liée au nombre variable de H.19 disponibles ) qui atteint son maximum au cours des mois de mai et juin 1957, correspondant à l'effort exercé au profit des unités terrestres engagées dans les opérations de l'Atlas Blidéen entre Chréa, Aumale, Tablat 
Sur ce total sont consacrées :
- 389 heures 05 ( 8 % ) aux essais et servitudes.
- 373 heures 20 ( 8 % ) à l'entraînement opérationnel des pilotes, les pointes d'activité en novembre 1956, mars, octobre et novembre 1957 correspondant à l'arrivée des personnels sortant de la B.E. 725 de Chambéry.
- 1012 heures 00 ( 22 % ) aux mises en place pour les différentes missions
- 2868 heures 35 ( 62 % ) au vol strictement opérationnel dont:
- 513 heures 40 pour les 158 héliportages de 7800 commandos
- 1232 heures 30 pour les 1425 hélitransports individuels de 3645 passagers et 226 tonnes 400 de fret
- 1067 heures 55 pour les 963 évacuations sanitaires de 1508 blessés, 98 malades, 15 morts accompagnés de 356 médecins et/ou infirmiers
- 54 heures 30 pour les 47 reconnaissances ã vue et postes de commandement en vol.
- Les missions d'héliportage de commandos permettent, de décembre 1956 à juin 1957, soit de remplacer, soit de compléter l'action des H.34 de 1' Escadron d' Hélicoptères Lourds 1/58 alors que ce dernier ne dispose encore que de 6 à 8 appareils disponibles opérationnels et que les unités terrestres de choc, revenues de l`expédition de Suez, sont à nouveau disponibles pour des opérations héliportées de grande envergure. Elles mettent en oeuvre 2 ou 3 H. 19, très exceptionnellement 4 ou 5 et prennent fin pratiquement en juillet 1957, pour la 2/57, pour ne se poursuivre que par des missions avec un seul appareil pour des actions de faible importance.
- Les missions individuelles d'hélitransport de passagers et/ou de fret atteignent également leur maximum, en nombre et bilan transporté, de mars ã juillet 1957 en liaison avec ces grandes opérations terrestres; des missions spécifiques d'hélitransport continuent cependant d'être effectuées au profit des diverses unités, commandements ou états-majors de zone et secteur, implantés en permanence dans l'Algéroís.
- Les missions de reconnaissance à vue et de poste de commandement en vol, très exceptionnelles en raison de l'inadaptation du H.19 à de telles missions, cessent avec 1'apparition des Alouette II de l`Escadrille d' Hélicoptères Légers 5/57 dès leur mise en oeuvre en mars 1957.

 

Le "177" à Bougzoul                                               (Pour découvrir le récit, clic sur la photographie)
 

- Les missions d'évacuation sanitaire représentent ( hors des heures de mise en place qui y sont consacrées ) 23 % du total des heures de vol effectuées par l'unité. Elles présentent plusieurs aspects:
- évacuation sanitaire directe effectuée sur les lieux même de l'engagement et permettant de transporter les blessés soit vers un premier poste de secours, généralement au P.C. d'opération, soit vers l`hôpital le plus proche. 
- évacuation sanitaire de blessés particuliers très graves, tels que des crâniens, depuis un centre de traitement primaire jusqu'à l'hôpital Maillot à Alger, bénéficiant de la proximité immédiate de l`héliport "Marcel Cerdan" en bordure de mer.
- évacuation relais à partir de la Base Aérienne 142 de Boufarik vers l'héliport "Marcel Cerdan", l'hélicoptère d'alerte sanitaire de jour et de nuit assurant le transfert du blessé déposé par avion, accompagné d'un médecin et/ou d`un infirmier qui poursuit sa mission jusqu'à Alger, ou du personnel médical de la B.A. 142.
On ne saurait assez souligner le courage, le sang froid et l'efficacité des équipages: pilotes et mécaniciens, chargés de ces évacuations sanitaires, un deuxième mécanicien parfois rendu disponible, permet de faciliter et de rendre plus rapide l'enlèvement, le chargement et
l'installation des blessés, augmentant ainsi la sécurité de la mission, surtout auprès des lieux de combat ou ils sont exposés aux tirs rebelles, ainsi plusieurs H. 19 seront touchés par tir rebelle lors d'évacuations sanitaires. 
Les évacuations sanitaires seront effectuées de jour comme de nuit (Sur 501 heures 15 de vol de nuit de l' E.H.M, 2/57 du ler novembre 1956 au 31 mars 1958, 365 heures 30 "soit 73 %" ont été effectuées au cours des évacuations sanitaires.) dans des conditions d`exécution rendues souvent fort difficiles par le relief, l`exiguïté et l'environnement de l'aire d'enlèvement, la situation météo et éventuellement la proximité de l`ennemi.
C'est au cours de toutes les missions énumérées ci-dessus que les pilotes et mécaniciens des " petits bidons " (appellation familière, non dénuée de gentillesse, réservée aux H.19 de l' E.H.M. 2/57) deviendront des équipages confirmés et aguerris (Le Sergent Seznec au cours d'une opération héliportée dans le secteur de Dupleix - Bou Sameur, le 3 mars 1957, se distinguera particulièrement en découvrant la bande rebelle responsable d'une embuscade et en contribuant a sa destruction par des héliportages de commandos au contact.)

6 février 1958      "Nuit et brouillard                                (Pour découvrir le récit, clic sur la photographie)

 

ÉVACUATIONS  SANITAIRES  PARTICULIÈREMENT  REMARQUABLES

Date n° H.19 Poste Grade Patronyme Trajet Durée Nb blessés
24/11/1956 1011
PCA
P
Méc
Cne
Sgt
C/C
Chevallier
Chaussin
Beschemin
Boufarik-Berroughaia-Alger "Marcel Cerdan"
Alger M.C.-Berroughaia-Blida
Blida-Berroughaia-Blida
Blida-Berroughaia-Blida-Boufarik
1 h 00
1 h 00
0 h 45
0 h 55
4
5
4
4
09/01/1957 177
PCA
P
Méc
Sgt
Sgt
C/C
Fages
Baylongue
Decroux
Boufarik-MY 65-Miliana-MY 65-Miliana
Miliana-Boufarik
.

dont  2 h 35 de nuit

3 h 00
0 h 35
.
.
7
.
.
.
28/02/1957 409
PCA
P
Méc
Sgt
Sgt
C/C
Seznec
Siméon
Beschemin
Boufarik-Dupleix
Dupleix-Alger M.C.
Alger M.C.-Boufarik

dont  0 h 20 de nuit

0 h 50
1 h 15
0 h 20
.
.
5
.
.
26/03/1957 957

PCA

P
Méc

S/Lt

S/C
C/C

Boutet

Jacquel
Pouliquen
Boufarik-LX 47/57-Teniet el Had
Teniet el Had-Blida
.

dont  1 h 20 de nuit

3 h 05

1 h 20
.
.

9

4
.
.
15/04/1957 957
PCA
P
Méc
Sgt
Sgt
C/C
Seznec
Huby
Pouliquen
.
Boufarik-KY 64-Blida
.

dont  0 h 20 de nuit

.
1 h 20
.
.
.
3
.
.
23/05/1957 1074
PCA
P
Méc
Sgt
Sgt
Sgt
Douillard
Malirach
Decroix
Damiette-MY 33
(appareil touché en mission de transport commandos)
MY 33-Blida-MY 33-Alger M.C.
.
0 h 45
.
0 h 45
.
2
.
4
.
03/06/1957 179
PCA
P
Méc
S/Lt
Adjt
C/C
Boutet
Kotkudak
Malatier
Boufarik-KX 98-Orléansville
Orléansville-Blida
.

dont  2 h 05 de nuit

2 h 00
2 h 00
.
.
3
4
.
.
23/07/1957 179
PCA
P
Méc
Sgt
S/C
C/C
Huby
Reynier
Beschemin
Boufarik-MY 65-Alger M.C.
Alger M.C.-MY 65-Alger M.C.
Alger M.C.-MY 65-Alger M.C.-Boufarik

dont  2 h 30 de nuit

1 h 45
1 h 10
1 h 30
.
3
4
4
.
27/07/1957 603
PCA
P
Méc
Sgt
Sgt
Sgt
Siméon
Roques
Amann
Boufarik-Massif du Zaccar-Miliana
Miliana-Boufarik
(Siméon déjoue appel radio rebelle indiquant fausse DZ) 

dont  1 h 50 de nuit

1 h 50
.
.
.
1
.
.
.
29/11/1957 957
PCA
P
Méc
Lt
Sgt
Sgt
Rolland
Bouillot
Delacroix
Boufarik-Secteur de l'Arba
( l'appareil touché lors de sa première rotation...
... poursuit sa mission: 6 rotations)
.
1 h 55
.
.
.
8
.
.
.
29/11/1957 177
PCA
P
.
Sgt
Sgt
.
Jacquel
Bello
Boufarik-MY 65-Alger M.C.
Boufarik-Sidi Moussa- MY 70
.

dont  1 h 35 de nuit

1 h 25
1 h 35
.
.
6
.
.
.
24/02/1958 177
PCA
P
Méc
S/C
Sgt
S/C
Trijau
Voinier
Paumas
Secteur Tablat-Alger M.C.
Secteur Tablat-Alger M.C.
Aumale-Alger M.C.

dont  1 h 35 de nuit

1 h 30
1 h 15
1 h 05
.
3
3
2
.
24/02/1958 1049
PCA
P
Méc
Lt
Sgt
Sgt
Rolland
Bello
Saumoneau
Boufarik-MY 53-Aumale
Aumale-Secteur Tablat-Aumale
Aumale-Secteur Tablat-Aumale
Aumale-Secteur Tablat-Aumale
Aumale-Alger M.C.-Boufarik
1 h 15
0 h 25
1 h 00
0 h 50
1 h 30
1
5
5
6
4
25/02/1958 1049
PCA
P
Méc
Cne
Sgt
Sgt
Lassus
Laurent
Iung
Aïn Boucif-Blida

2 h 30 de nuit avec mise en place

1 h 05
3
25/02/1958 1049
PCA
P
Méc
Lt
Sgt
Sgt
Rolland
Bello
Iung
Boufarik-Francis Garnier-Tenes-Boufarik
Francis Garnier-Secteur OPS Tenes
Francis Garnier-Secteur OPS Tenes

4 h 05 de mise en place

3 h 10
0 h 10
1 h 15
0 h 25
1
4
8
4
EVASAN de nuit                                                   (Pour découvrir le récit, clic sur la photographie)
 

A suivre...